TYPE O NEGATIVE (Gothic metal culte - USA)

TYPE O NEGATIVE

Type o Negative 1993Chroniques

Slow, Deep and Hard (1991)

Bloody Kisses (1993)

Symphony for the Devil (2006)

 


 

Type o negative - Slow deep and hardTYPE O NEGATIVE

" Slow, deep and hard "
Dark thrashcore industriel

USA
Roadrunner, 1991

 

Slow deep and hard est le premier enregistrement de TYPE O NEGATIVE, l’album probablement le moins connu de TYPE O NEGATIVE qui a accédé à la reconnaissance à la suite de Bloody kisses, bombe à retardement puisque les ventes phénoménales de cet album ont été progressives. Bloody kisses a vraiment été un album marquant pour moi, et même si October rust était un bon album, bien que moins bon, j’ai ensuite décroché, le groupe mélangeant un côté destroy avec des ballades fades donnant l’image caricaturale d’un gros dur qui pleure. Enfin pour ma part, à part le culte Bloody kisses, je préfère me retourner vers Slow deep and hard, un album certes fort différent du reste de leur carrière, enfin différent au premier abord. C’est vrai que j’avais découvert TYPE O NEGATIVE avec cet album et c’est parce qu’il m’avait marqué que je m’étais lancé dans Bloody kisses à sa sortie, qui m’avait fortement et agréablement surpris.

 

Ce qui marque ce premier album de TYPE O NEGATIVE, c’est le côté thrashcore qui certes a toujours ressurgit quelque part dans toute leur carrière, le groupe venant de Brooklyn, mais qui est ici bien présent. Cela n’est guère surprenant, puisque TYPE O NEGATIVE est né des cendres du groupe CARNIVORE, un groupe thrashcore très provocateur formé en 1982 et qui avait fait beaucoup parler de lui, gôut de la provocation que Pete a toujours gardé certes, mais à l’époque Pete cultivait les provocations politiques et sexistes qui d’ailleurs ressortent dans ce premier album. Peter fonde donc TYPE O NEGATIVE en 1988 après le split de CARNIVORE, Pete ayant été entre-temps flic, histoire de pouvoir, selon ses propos, tuer légalement. Cet album est marqué par une base thrashcore pour le côté agressif mais est en fait très avant-gardiste, on y trouve des passages lents et lourds, et ces ambiances aux synthés qui feront sa gloire gothique future: déjà ces orgues d’Eglise, mais ici il y a aussi un coté industriel donné par des sons de synthés et des samples. D’ailleurs Peter annonçait à l’époque un pur album d’industriel à venir, un peu à la Einsturzende Neubauten, fait par exemple en balançant des bidons d’essence dans un escalier; bon on sait désormais qu’il n’a pas suivi cette étrange voie. Ce qui ressort de cet album, c’est une atmosphère sombre, non pas gothique ou romantique, mais vraiment oppressante et haineuse. Type o Negative déjà chargé d’ironie a beaucoup de haine à évacuer.

 

Ce premier album plus agressif et plus industriel que la suite comporte pourtant tous les éléments qui seront la base du groupe: déjà cet amour pervers pour le vert, couleur positive ici inversée, puis ces longs morceaux divisés en sous-parties, car ici on passe de passage thrashcore à musiques d’ambiances comme dans "Zero tolerance" avec cette ambiance rituelle débutant à la proclamation de "Now you die", ou encore la fin de l’excellent "Gravitional constant" avec son côté monastique, ou encore la minute de silence du sixième morceau, ou autres choeurs sombres, le tout est très bien maîtrisé et très bien fait. Les synthés de Josh sont bien-sûr permanents, d’ailleurs il est intéressant de savoir que quand Pete a fondé Type o Negative avec Josh Silver, ils se connaissaient de longue date puisque ayant oeuvrés ensemble aux mêmes postes dans un goupe nommé Fallout qui avait sorti un single en 1981.

 

Un album réellement avant-gardiste, sombre et oppressant loin des fadeurs d’aujourd’hui: leur meilleur enregistrement avec Bloody kisses et October rust.

 

Adnauseam

 


 

Type o Negative - Bloody KissesTYPE O NEGATIVE

"Bloody kisses"

(version alternative digipack)
Gothic metal culte

USA

Roadrunner, 1993

 

Comme on peut le voir sur la pochette, cette version de "Bloody kisses" comporte une variante. On va dire que cette version tout comme la pochette va un peu plus loin car sur la pochette initiale de la version normale, les deux lesbiennes gothiques ne s’embrassent pas. C’est pourtant bel et bien le même "Bloody kisses", comprendre qu’il ne s’agit pas de remixes ou de nouvelles versions et pourtant les deux versions diffèrent réellement.

 

"Bloody kisses" est le deuxième véritable album du groupe, "The origin of feces" n’étant qu’un faux live remix du premier album. "Bloody Kisses" succède ainsi au premier excellent album "Slow deep and hard" qui oeuvrait dans un registre "Dark thrashcore indus", encore emprunt donc de CARNIVORE, le groupe pre-Type o Negative, mais marqué par l’arrivée d’atmosphères pesantes et sombres. "Bloody kisses" marque vraiment un tournant dans la carrière de Type o Negative et même de Peter Steele puisque le groupe se dirige vers le gothic metal; un gothic metal non pas cliché, nous sommes d’ailleurs en 1993, avant la mode gotihc metal, mais bel et bien novateur. A l’époque, le groupe avait été défini par le label comme une rencontre entre BLACK SABBATH et SISTERS OF MERCY, et bien pourquoi pas. En tout cas, Type o Negative entre avec cet album dans un folklore gothique évident qui rompt avec son folklore plus oppressant d’auparavant et provocateur. Pour moi, cet album est un chef d’oeuvre et m’avait véritablement marqué à l’époque, ce qui explique ma déception pour la suite de la carrière du groupe qui finalement même s’il n’a jamais abandonné son coté délire et ironique, avait opté à cette époque pour un folkore réellement gothique des plus interessants, que ce soit dans l’imagerie, les textes et les atmosphères.

 

Et cette version digipack a justement cela de particulier que finalement elle ne présente le groupe que sous cet aspect puisqu’elle ne comporte que les "vrais" morceaux de l’album, supprimant ainsi tous les morceaux de courte durée, intro et délires, et supprimant également les morceaux "Kill all the white people" et "We Hate everyone", de bons morceaux malgré leur coté thrashcore. Au final, cette version propose TYPE O NEGATIVE sous son aspect le plus gothic metal, le digipack est à lui tout seul superbe avec toutes ces photos de statues funéraires. Et ce que l’on perd d’un côté, on le gagne de l’autre puisque cette version inclus l’excellent morceau "Suspended in dusk", uniquement disponible sur le cd single "Christian woman", un morceau de plus de 8mn réellement doom, très funéraire et proche en fait de "Death in the family". Si vous n’aimez donc chez TYPE O NEGATIVE comme moi que l’aspect sombre, et que le coté délire de ce groupe vous lasse, cette version est pour vous, même si le vrai "Bloody kisses" est dans tous les cas un album de référence, car il est clair que cette version ne sort à aucun instant du gothic metal.

 

Voici les titres de cette version dans l'ordre: "Christian woman", "Bloody kisses (a death in the family)", "Too late : frozen", "Blood and fire", "Can’t loose you", "Summer breeze", "Set me on fire", "Suspended in dusk" et "Black n°1". Le contenu est donc tout ce que TYPE O NEGATIVE a pu faire de plus gothic, avec toujours l’alliance de cette basse et de ces synthés gothiques très particuliers avec sons d’orgue, clavecin, piano, dans ces longs morceaux divisés souvent en sous-parties comme "Christian woman". Les morceaux "Summer breeze" et "Can’t loose you" sont moins intéressants, préfigurant déjà les futures ballades que le groupe se plaira à composer, et "Set me on fire" a ce feeling psychédélique développé également par la suite, le reste étant purement excellent. "Bloody Kisses" représente le meilleur de TYPE O NEGATIVE, et cette version son aspect le plus gothique ici ciblé.

 

Adnauseam

 


 

Type o Negative - Symphony for the devilTYPE O NEGATIVE
"Symphony for the devil"

DVD
Gothic metal, USA

 

Ancien adepte de Type O Negative, particulièrement de la grande époque de "Bloody kisses" qui était l’apogée du groupe et de son heure gothique, je me suis assez désintéressé du groupe après October Rust, le groupe n’arrivant plus selon moi à créer l’alchimie des débuts. Ce dvd tombe donc plutôt bien puisqu’il s’agit d’un live de 1999. Pourtant, ce dvd est à la fois le premier dvd live du groupe puisque After dark ne comportait que l’ensemble des clips du groupe jusqu’à "October rust" et du backstage inutile, et il officialise aussi l’arrivée de TYPE O NEGATIVE sur Steamhammer après toutes ces années chez Roadrunner. Et pourtant, il s’agit là d’un vieil enregistrement: un concert en Allemagne en 1999 lors du "Bizarre festival". La scène (en extérieur) semble immense même si on la croirait petite, étant donné qu'un plan est chaque fois fait sur un musicien mais jamais sur deux à la fois. Le public survolé semble légion, s'en trouvant de toute part, et être étrangement bizarre puisque très classique, très monsieur tout le monde, même si on remarque quelques metalleux; en tout cas un public très vivant, même trop, qui danse, crie tout le temps, saute en l’air et chante parfois.

 

Excellente idée de ressortir ce vieil enregistrement puisque cela implique la présence de tous les bons vieux morceaux. On ne retrouve d’ailleurs qu’un seul morceau de World coming down, un morceau assez fade d'ailleurs: "Everything dies".On retrouve surtout évidemment les morceaux cultes de Bloody kisses, évidemment "Christian woman" dans son intégralité, "Too late: frozen" avec ici des variantes par un côté crade et urbain de la basse associé à l’orgue, et l’incontournable "Black n°1" qui clôt la prestation. Type o Negative n’oubliera pas le très ironique "Kill all the white people" introduit d’ailleurs par l’intro de "Jesus hitler" de CARNIVORE le groupe pre-Type o Negative, association des deux morceaux assez évidente: il s'agirait d'un génocide des blancs mais pour les sauver; la vie est un fardeau dont seuls les blancs mériteraient d'être sauvé, pour le reste le message serait "Souffre et reste vivant", sorte de racisme inversé?!? Quelle ironie en tout cas! On regrettera par contre l’absence de morceaux excellents comme "Blood & fire" ou du très funéraire "Death in the family", peut-être hors sujet ici.

 

En effet, TYPE O NEGATIVE sur scène c’est assez particulier et c’est vrai que si Type o Negative avait chassé son naturel sur Bloody kisses, son passé punk hardcore, il semble revenir au galop et c’est bien ce qui ressort de ce dvd. Il y a un coté déjanté chez Type o Negative, rock n’ roll, destroy et ironique mais cest au final franchement lourd même si on ne tombe pas dans SATYRICON mais on en est peut-être parfois pas si loin. Type o Negative a d'ailleurs repris la mauvaise idée de la video précédente: alterner les morceaux avec des scènes débiles qui consistent souvent à être filmé en train de chier ou de montrer son cul (exemple : une scène ou un membre de Type o Negative montre son cul aux vitres à Lacuna Coil). Les parties "sketches" ont même des titres, commecette scène absurde du "juif incroyable" qui surgit de nulle part venant frapper Peter Steele puis rapidement maitrisé(?!?) ou encore ce sketche débile ou ils s'amusent à dessiner sur la tête d’un roadie qui dort, des runes ss et des croix de David, pour finir avec croix gammée et étoile communiste; décidément ces associations inattendues semblent toujours autant faire délirer Type o Negative. Il y a aussi ces sketsches où on voit toujours ce roadie faire le pitre sur de la musique folk de rue. Il aurait franchement été préférable de mettre toute cette partie délire à part, qu’on puisse visualiser le concert d’une seule traite.

 

Le groupe a d’ailleurs également l’étrange idée de jouer des bouts de morceaux entre chaque titre, souvent des morceaux lent, lourds et grinçants qui débouche au final sur une ballade. Ainsi l’excellent morceau "Der untermensh" débute et au bout de deux minutes, coupure et on sombre dans un sketche. Du premier album Slow deep and hard, on aura droit également au long et excellent "Gravitional constant" presque en entier, délaissant la pourtant très bonne fin. On retrouve évidemment tous les bons titres de October rust: les très émotionnels "Love you to death" et "Wolfmoon" ou encore le très gothic rock à la Sisters of Mercy "My girlfriend’s girlfriend", le hit du groupe. Et également ces morceaux fades qui semblent être devenus un des éléments représentatifs du groupe avec "Cinnamon girl" qui ouvre le concert et "In the praise of Bacchus". Là aussi le morceau le plus sombre de October rust, "Red water" manque.

 

Au final, il ressort de ce dvd une impression d’anarchie. Le groupe sait pourtant nous entraîner dans des émotions réellement sombres, ou encore produire des ballades personnellement que je trouve lassantes, pour ensuite partir dans un délire cacophonique, avec pour lier le tout une ironie certaine et un coté déjanté qui malheureusement retourne trop souvent dans de la bêtise primitive et une touche rock n’roll kitsch dont on se passerait bien et qui résume peut-être le groupe, à titre d'exemple, en fin de concert, Peter casse ses cordes et balançe sa basse. On peut ressentir justement une certaine difficulté à lier le tout et à vraiment s'immerger dedans, passant toujours du coq à l'âne sans transition. Pourtant la qualité de la plupart des "vrais" morceaux choisis pour la playlist de ce concert contrecarre évidemment l'effet négatif du montage du dvd avec ses sketches et le côté anarchique du concert. En tout cas, ce dvd de 1h43 nous fait bien pénétrer l’univers nihiliste de TYPE O NEGATIVE. A cela s’ajoute une interview de 30mn non sous-titrée malheureusement, avec son lot de chahut évidemment, ainsi que des galeries photos individuelles intéressantes de leur jeunesse à aujourd’hui en passant par leurs différents groupes.

En conclusion, un bon dvd qui représente bien TYPE O NEGATIVE et présente surtout la meilleure époque du groupe, tout en montrant bien que TYPE O NEGATIVE est bien plus qu’un groupe de gothic metal. A noter que le "pack" dvd contient également un single 3 titres.

Adnauseam

 

 

 


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site