DARKTHRONE (Black metal culte - Norvège)

Darkthrone holy Darkthrone DARKTHRONE TRIBUTE
"Darkthrone Holy Darkthrone"
Black metal, Norvège
Moonfog, 1998

 

Le titre de cet hommage, "Holy Darkthrone", aussi véridique soit-il, est paradoxal pour caractériser Darkthrone qui revendiquait à juste titre la pratique du "Unholy black metal" et conférer la sainteté à ce groupe qui se voulait "le groupe le plus haï du monde" (comme le groupe le prônait lors des quelques interviews de l'époque A blaze et comme on le retrouve affiché au dos de Panzerfaust en 1995), finalement adulé aujourd'hui par tout adepte de black metal, l’est encore plus....

Cet hommage est sorti en 1998, donc avant Ravishing Grimness. Mais voilà un tribute album pas comme les autres. Habituellement les tributes sont réservés à de jeunes formations qui rendent hommage tout en cherchant à se faire connaître au passage, ou alors ce sont de grandes formations qui reprennent un groupe culte précurseur et influent. Mais ici il ne s'agit que de groupes dont la notoriété dans le black metal est grande, étant eux-mêmes des références qui reprennent non pas leur père mais leur frère Darkthrone, qui est le frère ainé. Les huit groupes présents sont loin d'être des inconnus puisqu'ils sont les piliers du genre: Satyricon, Enslaved, Emperor, Immortal, Gorgoroth, Gehenna, Dodheimsgard et Thorns. Ces groupes sont non seulement liés entre eux (split Emperor/Enslaved, split Satyricon/Enslaved, musiciens passés dans plusieurs de ces groupes comme Faust de ex-Emperor dans Thorns) et très proches de Darkthrone, puisque les membres de Darkthrone ont joués dans certaines de ces formations: Nocturno Culto pour Satyricon (Nemesis Divina) et Fenriz pour Dodheimsgard (Kronet till konge).

Evidemment ces références du black metal reprenant du black metal de référence, y apportent évidemment leur touche personnelle, notamment les groupes les plus expérimentaux d'entre eux flirant avec le black industriel comme Thorns qui propose une version étrange de "The pagan winter"  (de A blaze in the northern sky) avec une voix robotique qu'on entend à peine, ou Dodheimsgard avec "Green cave float" qui est extrait de Goatlord, l’étrange album sorti en 1996 à partir d’une demo faisant la transition entre Soulside journey et A Blaze in the northern sky. Ce sont toutefois principalement les trois premiers albums black metal de Darkthrone (les plus cultes) qui sont mis à honneur: A blaze in the northern sky (1991) avec "Kathaarian life code" (Satyricon), "The pagan winter" (Thorns); Under a funeral moon (1993) avec "Natassja in eternal sleep" (Enslaved), "To walk the infernal fields" (Immortal). Quant à Transylvanian Hunger (1994), à mon avis leur meilleur enregistrement (dont la moitié des textes est de Varg Vikernes), Gehenna a fait l'excellent choix de "Transylvanian Hunger" en en faisant une version très inspirée  proche de leur album WW sorti en 2005, et Gorgoroth propose une très bonne version "Slottet I Det Fjerne", bien crade avec une guitare qui sonne à tout va. qu'on trouve en titre caché sur l'album Destroyer (1998). La principale surprise, c'est la reprise par Emperor du morceau "Cromlech" du tout premier album Soulside journey (1990), à l'époque où Darkthrone pratiquait un death metal bien sombre et bien scandinave dans l'esprit des premiers albums de Entombed  Il est intéressant de ne pas avoir oublié cet album inaugural dans un autre style de metal extrême sombre. Emperor s’était déjà distingué dans le Tribute to Bathory, en étant le seul groupe du tribute à reprendre un morceau hors des trois premiers albums, avec le magistral "A fine day to die".

On notera une bizarrerie puisque la reprise par Immortal se trouve sur la même plage que celle de Gorgoroth dont elle est séparée par un blanc de 3 minutes, peut-être pour sa production plutôt mauvaise, ou alors pour permettre à l'album d'atteindre les 47 minutes?!? Ce tribute familial se révèle fort intéressant avec un ensemble plutôt bon, plusieurs titres excellents, et quelques autres moyens qui n’en sont pas moins intéressants. On peut se demander toutefois si Moonfog (label de Satyr de Satyricon) à l'époque ne proposait pas là avant tout un produit rentable pour le commerce grâce aux noms à la fois des interprètes et des compositeurs…

Un hommage similaire est sorti en 2001 sur Avantgarde Music, cette fois-ci consacré à Mayhem, intitulé "Originators of  Northern Darkness" qu'il faut voir cette fois-ci comme un hommage à un "tonton" plutôt qu'à un frère, Mayhem ayant débuté dans la première partie des années 80, où l'on retrouve Gehenna, Gorgoroth, Immortal, Emperor aux côtés de Seth, Behemoth ou encore Limbonic Art.

Adnauseam


Voir:

Interview Darkthrone 2006

Actualités de Darkthrone

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×