GLAUKOM SYNOD (Musique electronique extrême - France)

Glaukom Synod - ObsessismGLAUKOM SYNOD
" Obsessism XXIII "
Autoproduction CD-R, 2006
Musique électronique extrême, France

 

Glaukom Synod est né en 2004 (mais en rumination depuis de longues années) et Obsessism XXIII en est la toute première production, regroupant ainsi des compositions créées entre 2004 et 2006 ; pas mal de productions suivront en 2006.

Le cerveau de GLAUKOM SYNOD n'est pas un inconnu dans l'underground puisqu'il s'agit de Gab de Nihilistic Holocaust Records, label et webzine spécialisé dans le brutal death. Au premier abord, il n'y a aucun rapport avec l'univers du death metal puisque ce projet de Gab (également actif dans Kataplasm, projet de grind noise) est totalement électronique, pourtant on lui sent une étrange parenté avec le death metal. On connaît évidemment nombre de musiciens issus de la mouvance metal extrême qui ont donné dans l'electronique, mais ici il ne s'agit pas metal-indus et encore moins de ce qu'on appelle electro-indus, power-electronic ou encore electro-dark. Peut-être un peu de tout ça à la fois et rien de tout ça au final ; autant tenter de le définir alors par ce qu'il n'est pas : rien de mélodique évidemment car il s'agit bien ici d'une musique véritablement extrême, pas de place pour des nappes atmosphériques, ambiantes, sombres ou méditatives, pas de sonorités martiales, solennelles ou austères. Obsessism XXIII est assez chaotique dans sa structure. En fait, l'impression qui ressort c'est qu'il s'agirait de brutal death traité via ordinateur, que la banque sonore aurait été alimentée par du brutal death. On retrouve d'ailleurs certains samples de brutal death, aux côtés d'autres samples rappelant notamment du Laibach sur "Nova Urbach Getanzt", Treponem Pal sur "Orgasm simulator", du Ministry, vieille époque sur "Immortalized in acid", totalement déformés, retravaillés, intégrés, couplés à d'autres samples improbables et servant d'habillage à la musique de Glaukom Synod ; la démarche n'est pas sans rappeler dans une certaine mesure les débuts de Melek-tha (musicalement rien à voir...). Mais la musique de Glaukom Synod n'est pas pour autant brutale ou rapide avec des mega-blast, certes par instant, mais il s'agit avant tout d'une musique électronique chaotique et rythmique, avec une structure en collage, créant une atmosphère déjantée. 37mn de musique en 11 plages; là aussi on songe à l'inspiration du grind notamment sur la piste de 5 secondes, les morceaux pouvant toutefois s'étaler jusqu'à plus de 6mn, là aussi pas de régularité donc.

Le folklore lui aussi pourrait se rapprocher du brutal death/grind, mais là aussi de loin, avec ce côté corporel et médical; d'ailleurs avec le collage d'images, il semble y avoir une thématique autour de l'apologie de la stérilité et par conséquent de l'abstinence et du travail sur celle-ci, la musique serait-elle l'expression de pulsions refoulées qui luttent entre elles de façon chaotique?!? Ce serait là une description parlante de la musique contenue dans Obessesism XXIII.

Adnauseam
 

Glaukom Synod - The ProcessusGLAUKOM SYNOD / THE PROCESSUS
Split CD-R
Autoproduction, 2006
Harsh electronic, France

 

Voilà un split intéressant, véritablement underground dans l'esprit, à savoir hors des sentiers battus et qui n'a pas peur de vraiment expérimenter, car ces deux formations poussent chacune à leur manière le metal extrême dans ses retranchements et ouvre de nouveaux possibles, avec chacune 10 morceaux et 20mn.

GLAUKOM SYNOD poursuit la démarche inaugurée sur Obsessism XXIII, je dirais même que son étrange et improbable mélange de brutal death/grind et d'electronique prend ici toute son ampleur. Certes il s'agit de musique electronique à la base, mais je pense que sur ce split on peut clairement parler d'electro-grind?!? Les morceaux sont d'ailleurs bien plus courts, la moitié est inférieure à la minute et deux morceaux excèdent à peine les 3 minutes; on se rapproche donc bien de la structure du grind. Et l'impact du brutal death qui nourrit la banque sonore des machines de Glaucom Synod (aux cotés de samples improbables) est bien plus consistant. Cette fois-ci, ça blaste bien plus, bien plus que la normale, comme seul peut le permettre le recours à la machine, même si la rapidité et la brutalité nettement plus marquées sur cette production ne résument pas la musique de Glaukom Synod. Mais il s'agit clairement sur cette production de metal extrême passé et traité via ordinateur. Non amateur de brutal death grind, force m'est de reconnaître que la démarche de Glaukom Synod est intéressante et se révèle efficace.

THE PROCESSUS est dans une démarche similaire mais pour résumer celui-ci mélange plutôt black metal et musique électronique. Il s'agit là de la toute première production du one man band de Grenoble, deux autres ont suivi depuis (téléchargeable depuis le myspace du groupe). Certes dans la même région, Black Lodge officie dans le black metalindustriel, mais les deux projets n'ont absolument rien à voir. Le résultat n'est pas du black indus contrairement à ce qu'on pourrait attendre assez logiquement ; c'est bien plutôt du black metal passé et traité via ordinateur, pour un résultat ultra violent, avec beaucoup de blast, et une ambiance réellement cyber loin de l'atmosphère classique du black metal. Outre les morceaux hyper violents, il y a aussi des morceaux plus mid-tempo où d'ailleurs THE PROCESSUS n'hésite pas à aller puiser ses influences loin dans l'electronique, tout comme Glaukom Synod, hors des champs délimités et schématisés de l'electro-dark, de l'electro-indus ou du power-electronic (qui ont toutefois contribuer à alimenter la banque de sons), pour une musique ni dansante ni sombre ni mélodique mais ultra-violente, chaotique et déjantée; c'est d'ailleurs tout à leur honneur de ces deux projets de briser les schémas et les rencontres de styles toutes attendues car à quoi sert-il de mélanger electro-indus et metal-extrême si c'est pour rester dans les carcans d'un style qui a déjà fait ses preuves en bien comme en mal ?!?

Adnauseam
 

Glaukom Synod - UczulonyGLAUKOM SYNOD
" Uczulony "
Autoproduction, 2006
Musique électronique extrême, France

 

Uczulony est la seule demo de Glaukom Synod qui est également sorti au format CD, rééditée qu'elle fût en 2007 sur Hydra Records, elle constitue ainsi le premier album officiel du groupe. C'est chronologiquement la troisième demo album du projet de Gab de Nihilistic Holocaust, également enregistrée en 2006 comme la plupart de ses travaux. Même si c'est assez logique et facile à dire, on sent que le style si particulier de Glaukom Synod est bien établi et pleinement maîtrisé. Le style est exactement le même : de la musique electronique extrême particulièrement nourrie de samples et sons dérivés du brutal death, entre autres. Uczulony est plus proche de Obsessism XXIII que du split avec The Processus, qui mettait l'accent sur la brutalité et la rapidité. Sur Uczulony, les morceaux ont plus d'unité par rapport à Obsessism XXIII qui était plus chaotique dans la façon de composer, ce qui rend les compositions bien plus efficaces. Il y a peut-être également une petite touche plus metal-indus dans l'album. La durée des morceaux est assez similaire, oscillant principalement entre 2mn30 et 3mn30, avec toujours quelques morceaux de moins de 1mn. Les sonorités et samples brutal death qui caractérisent la musique electronique de Glaukom Synod sont eux aussi mieux intégrés ; au final les morceaux ont plus de logique, les compositions font moins collage et parachutages de samples, elles sont mieux construites, chaque piste correspondant à la logique d'un morceau, ce qui enlève peut-être de la dose de déjanté qu'il y a dans Glaukom Synod, même si on est à l'évidence encore bien loin de la perdre. La musique sur cette demo album en ressort réellement plus efficace et plus aboutie, et prend ainsi toute son ampleur. Ce qu'il y a de sûr, c'est que le style de Glaukom Synod est vraiment novateur.

Adnauseam

glaukomsynod.site.voila.fr

 

 

 


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site