JUDAS ISCARIOT (Black metal nihiliste / dépressif - Usa)

Judas Iscariot - The cold earth belowJUDAS ISCARIOT

"The cold earth below"

Black metal

USA

Moribund Cult, 1995

 

On constate actuellement l'émergence de toute une scène black américaine bien différente de ce qu'on connaissait en black metal sur le territoire américain; on connaissait ABSU avec le black thrash occulte, le black metal suant l'occultisme comme BLACK FUNERAL ou des formations flirtant plutôt avec le death, et c'est donc assez étonnant de voir aujourd'hui l'émergence de nombreuse formations qui office dans un black sombre voir dépressif comme XASTHUR ou NACHTMYSTIUM (old) qu'on a du mal à situer sur le paysage métallique américain. Et pourtant, il apparaît évident qu'il y a un ancêtre isolé qui a incarné la réponse américaine à la scène norvégienne du début des années 90: JUDAS ISCARIOT, le groupe d'une seule âme, Lord Akhenaten, fondé en 1992 et officiellement dissout en 2002 plus précisément le 25 août, jour de la mort de Friedrich Nietzsche, dont le dernier titre de cet album porte le nom; une influence certes pas très originale pour un groupe de black metal, d'ailleurs influence en général mal utilisée et carrément déformée.

 

Mais Lord Akhenaten semble plus sérieux dans l'usage qu'il en fait puisque ce n'est pas sa seule référence philosophique, puisque la demo 1992 de JUDAS ISCARIOT s'intitulait étrangement "Heidegger" qui est aussi le premier nom du groupe, usage certes un peu naïf mais pourtant original et précurseur, à quoi s'ajoute d'autres références dans les remerciements: Bertrand Russell, le philosophe logicien?!? Et le résultat de tout ça en est bizarrement un concept sur le nihilisme comme l'explique Lord Akheneten précisant que c'est une adhésion certes irrationnelle qui n'en assure pas moins sa validité, ce avec quoi il fait un lien avec son anti-christianisme en montrant l'absurdité de cette croyance pour nous conduire vers un élitisme face au néant. On retrouve donc des thématiques du black mais avec des références moins classiques et une volonté de crédibilité.

 

Musicalement, on retrouve des morceaux très proche du Transylvanian Hunger de DARKTHRONE comme "Damned blow judas", "Babylon" "Midnight frost" mais aussi des morceaux peu intéressants comme le très court et rentre-dedans "Wrath" ou encore des moments où Lord Akheneten semble perdre pied comme sur "The cold earth below". En gros, il s'agit de bon black metal sombre, pour la moitié vraiment très proche de "Transylvanian Hunger", autant dans le chant, avec le coté scandé et sombre, sur une musique très proche également, mais associés avec d'autres morceaux dont on ne comprend pas la présence et aussi parfois avec des éléments improbables ou non maîtrisés (parfois des percussions un peu illogiques?!?). L'album se termine sur le morceau "Nietzsche", un étrange hommage de presque 10mn, sorte de morceau un peu doom, un peu étrange qui aurait pu être mieux, surtout vu le personnage honoré?!? Un bon premier album précurseur avec de bonnes choses et des maladresses.

Adnauseam

Judas Iscariot - Moonlight butcheryJUDAS ISCARIOT

"Moonlight butchery"

Black metal dépressif

USA

No colours records, 2002

 

"Moonlight butchery" est le dernier enregistrement de JUDAS ISCARIOT, Lord Akheneten son unique membre ayant mis un terme à l'existence de ce projet le 25 août 2002, date de la mort de Nietzsche donc très peu de temps après la sortie de ce mini-cd sorti en juillet, après 6 albums: The cold earth slept below en 1995, Thy dying light en 1996, Of great eternity en 1997, Distant in solitary night en 1998, Heaven in flames en 1999 et finalement To embrace the corpses bleeding en 2002.

 

Il s'agit là d'un mini-cd de plus de 19 minutes proposant quatre inédits. Ce mini-cd de fin de carrière sorti chez NO COLOURS est assez éloigné du début de carrière avec l'influence du Darkthrone de Transylvanian Hunger. Les trois premiers morceaux officient dans le black dépressif. Le premier morceau "Moonlight's butchery" est un morceau de black dépressif mid-tempo avec une atmosphère désespérée très proche du BURZUM de Filosofem mais avec des sons de synthés évasifs rappelant les vieux Burzum tel Hvis lyset tar oss. "Death's hammer" rappelle BURZUM mais cette fois plutôt la période Det som engang var avec une mélodie plus entraînante au début puis le morceau devient lancinant, s'accélère et s'achève par une transition industrielle qui nous mène à "Benevolence crucified" qui poursuit dans un black lancinant qui pourrait faire penser à NACHTMYSTIUM probablement influencé par JUDAS ISCARIOT ou même NARGAROTH dont Kanwulf a été musicien live, avec un court passage qui a des échos étranges de sonorités un peu heavy. Le dernier morceau est un bonus-track par-contre différent puisque "Conjuring hell's fire" est un morceau de black metal rythmé se distinguant des trois morceaux précédents mais en restant appréciable.

 

Ce dernier enregistrement de JUDAS ISCARIOT est donc un très bon enregistrement plutôt axé black dépressif. Lord Akheneten confira par ailleurs que son déménagement pour l'Allemagne aura joué un rôle considérable dans son évolution personnelle car n'étant plus dans un contexte social religieux, il centra alors son intérêt non plus sur l'anti-christianisme mais sur la cruauté humaine.

Adnauseam

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×