LAIBACH (Musique electronique totalitaire - Slovénie)

Laibach - WatLAIBACH

"Wat"

Industrial / Musique electronique totalitaire

Slovénie

Mute, 2003

 

Wat est le successeur de Jesus Christ Superstar qui avait fait connaître le groupe slovène dans la scène metal grâce à un album plus metal indus avec chant scandé austère qui a probablement influencé Rammstein, mais Laibach, groupe atypique est bien loin de se laisser catégoriser et de se scléroser dans un style.

Véritable groupe avant-gardiste qui a fait son apparition au début des années 80 proposant de la musique bruitiste industrielle avec voix saturée (Mb December 84), puis évoluant vers une époque symphonique, aujourd'hui largement exploitée (Macbeth), avant une période "second degré" si l'on peut dire de reprises où Laibach se contentait de reprendre des hits mais en leur donnant une coloration militariste (Let it be : album de reprises de l'album du même nom des Beatles?!?, Sympathy for the Devils : album de différentes reprises de ce morceau des Rolling Stones), Laibach ne s'est donc jamais séparé de son imagerie militariste et de son concept sur le totalitarisme de quelque bord qu'il soit, gardant toujours cette imagerie tendancieuse qui a fait sa réputation.

Et après plusieurs années de silence, on peut dire que ce nouvel album de Laibach est une des meilleures productions du groupe, bien loin de leur période plus metal indus, puisqu'on a droit avec "Wat" à un album totalement electro /ebm mais qui a la particularité d'être clairement totalitaire. Certaines parties rappellent un peu cet album pas terrible que fût Kapital en 1992 mais cette fois-ci avec réussite. Vraiment, Laibach, dont l'influence est reconnue aujourd'hui plus que jamais, est au meilleure de sa forme. Si les sonorités sont très electro, rythmée, très dansante, la musique est toujours surmontée de l'austère voix de son prophète chanteur, et des chœurs utilisés depuis Nato ; le tout sonne étrangement très totalitaire sans percussions martiales classiques de caisses claires (clichés pourtant), nous montrant par là que le totalitarisme le plus fort est celui de notre époque, totalitarisme plus fort car voilé dans cette nouvelle forme! Les chœurs sont plus prononcés sur un titre comme "Wat" (We are time), le rythme est plus guerrier sur "Now you will pay". Quand au morceau de clôture "Anti-semitism" dont le titre n'est pas aussi simpliste que ce qu'il semble, c'est un morceau très industriel symphonique de l'époque Nova acropola, chanté en slovène, très different du reste de l'album avec ce côté indus sympho froid et oppressant. Wat est aussi l'occasion pour le groupe de poursuivre dans son imagerie totalitaire dérangeante, arborant parfois uniformes nazis par exemple, imagerie totalitaire, comme on peut la voir dans l'excellent clip du hit "Tanz mit Laibach" en bonus dans le cd ; bref un Laibach très totalitaire sous un visage electro-ebm totalitairement réussi.

Laibach reste donc fidèle à lui-même tout en évoluant et en redevenant créatif (fini les reprises en version militaristes!) jouant avec son imagerie et ne s'occupant pas des éternelles et éventuelles incompréhensions, se faisant maladroitement taxer par-ci par-là, depuis leur début, de nazis par des personnes qui ne saisissent pas la profondeur du concept de Laibach...

Laibach: incompris par certains, choquant, mais toujours déterminé comme le montre cette récente offrande de nouvel art slovène!

Adnauseam

A lire :

Laibach: concert 2005

Kunst der Fuge (Laibach side projet) : concert 2008

http://www.laibach.nsk.si/

 

 

 


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site