BLESSED IN SIN / FINIS GLORIA DEI (08/12/2007 - Lyon)

BLESSED IN SIN / FINIS GLORIA DEI

Fête des Lumières Païennes

08/12/2007, Lyon (Lyon's Hall)

par Adnauseam

Blessed in Sin - 08/12/2007

Cette "fête des lumière païennes" se voulait un écho à la célèbre "fête des lumières" de Lyon ce même jour, ce qui rappelle le sens oublié de cette fête attirant avant tout finalement le jeune français moyen moderne donc athée (toujours dans l'air du temps...), puisque cette fête est à la base une commémoration de la préservation de la Peste d'une partie de Lyon grâce à la Vierge. Mais cette soirée organisée par ORTHANC se présentait surtout comme un événement black metal avec la présence de membres du "Concilium" de la célèbre scène black metal toulonnaise à savoir de SEIGNEUR VOLAND, KRISTALLNACHT et BLESSED IN SIN, dont les membres ont beaucoup fait parler d'eux entre 1996 et 1997, les médias se plaisent d'ailleurs toujours aujourd'hui à ressortir ces histoires, et de fait cette soirée revêtait peut-être malgré elle une coloration "nsbm" qui attira un public consistant, notamment venu du Nord de la France (Tours, etc), faisant figure d'événement puisque les concerts du Concilium se déroulent plutôt dans un cadre privé évitant ainsi tout problème d'annulation ou de parasitage. Le Lyon's Hall se révélait être le lieu idéal une fois encore pour une telle affiche underground. On peut dire que cette soirée n’a d'ailleurs pas pris de tours « ns » et ce par un règlement explicite sur les billets, signalant que toute provocation serait punie. Il aurait été en effet bien bête de compromettre toute organisation de concert sulfureux à l’avenir, d'ailleurs comme j'aurai l’occasion d’y revenir, c'est bien plus la réputation sulfureuse de ses membres qui donnait cette coloration "ns" puisque dans le contenu, on ne peut pas dire qu’il y ait eu quoi que ce soit dans les groupes tant attendus de "ns", n'oublions pas d'ailleurs que LF a mis un terme à Kristallnacht pour prendre ses distances avec le nsbm.


Sigillum Diabolicum

HEMMOROIDZ OV GOD, initialement programmé, et comportant en ses rangs le Marechal Glaurung de Orthanc ne jouera finalement pas, la raison en étant selon les échos que j'ai pu entendre, que la strip-teaseuse n'était pas présente?!? Il s'agit en effet initialement d'un black metal à l'esprit assez rock n'roll. C'est donc SIGILLUM DIABOLICUM de Clermont Ferrand, que j'avais raté lors de son ouverture de la soirée avec PESTE NOIRE en juin, qui assurera donc le premier concert de ce soir. Malgré un style visuel assez décousu, avec un bassiste uniquement vêtu d'un kilt et pieds nus, un guitariste chanteur typé black metal en noir avec t-shirt Nargaroth, et un autre guitariste avec un style peut-être plus d'assaut, l'unité musicale est cependant bien là: un black metal très classique mais efficace.

C'est avec une grande surprise que se termina leur prestation par la montée sur scène d'un invité au chant et à la guitare pour une reprise de CHEVROTINE, l'une des références du Rac metal, dans le pur style typique du groupe et donc très différent de SIGILLUM DIABOLICUM, le chant criard se transforme donc en chant viril et guerrier avec le morceau "L'épée à la main" qui enthousiasma énormément le public qui connaissait les paroles. Je ne saurais dire s'il s'agissait d'un membre de CHEVROTINE, ou d'un simple ami dans la scène Rac puisque les membres de Sigillum Diabolicum joueraient occasionnellement au sein de formations Rac.


Finis Gloria Dei

Puis les membres du Concilium envahissent la scène pour la représentation de FINIS GLORIA DEI. Les cinq membres sont loin d'être des inconnus, comportant le trio originaire de FUNERAL, le groupe pre-KRISTALLNACHT (devenu projet solo ensuite) et la plupart des membres de SEIGNEUR VOLAND, avec ce soir LF (Funeral, Kristallnacht, Seigneur Voland, Desolation Triumphalis) à la guitare, Xaphan au chant (Funeral, Seigneur Voland), Black Christ à la guitare (Funeral, Blessed in Sin) et Hayras à la basse (Seigneur Voland, Blessed in Sin, et son excellent projet solo HAYRAS) ; bref le meilleur de la scène black française underground. Cela va sans dire qu'on est bien loin des concerts black metal stars qui passent au Transbordeur avec leur coté aseptisé, et loin également peut-être des mises en scène certes charismatiques d'un GORGOROTH mais tellement programmées et soignées. Place ici à l'authenticité; un show ne débutant vraiment qu'après balances, règlages et décor effectif, un changement de guitare pour LF lors d'un morceau qui revient non équipé de la sangle, ou de petits problèmes avec la projection du film, n'entament en rien la qualité de cette authentique prestation de black metal, avec maquillages et look loin du cirque des gros groupes.

C'est d'ailleurs ici un style de black bien différent du son typique Kristallnacht/Seigneur Voland. Leur premier album sorti chez Aura Mystique, Goat: father of a new flesh, propose un black metal cru, primitif, teinté de thrash au concept purement satanique et instinctif cette fois-ci, s'influençant de vieux groupes comme Beherit, Blasphemy (dont LF portait un t-shirt à son honneur) ou Bestial Summoning. Très franchement, je préfère leurs autres projets mais je dois avouer que j'ai bien apprécié la prestation, mieux que sur le cd. Je soulignerai notamment l'exécution du très bon "Behind the rooting sun of human desolation".

Le côté cru crée une atmosphère plus parlante sur scène, à mon avis, et c'est d'ailleurs une très bonne idée qui y contribue que de projeter un film en fond, pratique que l'on voit plutôt dans les prestations d'industriel; il s'agit en fait des travaux cinématographiques réalisés par Xaphan, sous le nom de Baron Saturne (qui tire son nom d'un personnage d'une nouvelle de l'excellent Villiers de l'Isle-Adam) où l'on peut voir des videos blasphématoires, par exemple une sœur (ou plutôt une luciférienne s'habillant en sœur) en train de se faire pénétrer, des images de cérémonies blasphématoires mêlant sexe violence et satanisme, mais également des montages comme certaines images prises entre autres de l'excellent film expérimental de 1991 "Begotten", ou encore des images de l'enfer de Bosch sur le morceau du même nom. Une bonne prestation authentique et crûe, bien loin de parfois bien pitoyables groupes "old school".

Video par Caedes (Falling Down):


Orthanc

FINIS GLORIA DEI et BLESSED IN SIN ayant des membres en commun, la prestation d'ORTHANC s'impose entre les deux, et c'est avec surprise qu'on découvre, après une intro de musique classique intronisant les musiciens, pendant laquelle le Maréchal reste fièrement debout devant sa batterie, que le groupe jouera sous forme de duo, avec  le Maréchal à la batterie et parfois au chant, et Hrafnagud, habituellement bassiste, qui ce soir se chargera de la guitare et du chant et jouera le rôle de deux musiciens passant d'un micro à l'autre. Je ne sais pas si c'est le show de NUIT NOIRE en juin qui leur a montré la possibilité de jouer en duo et sans basse, mais il faut avouer, comme l'ensemble du public présent ce soir l'a aussi remarqué, qu'ils ont vraiment bien assuré et je pense qu'on peut les féliciter. Leur "pure french black metal" se révèle d'ailleurs de qualité, et on retrouve un peu le son de la scène toulonnaise dans les guitares, en somme du bon black avec une touche rac notamment dans le chant, toujours plus présente dans leur musique, et très bien mariée, une très bonne évolution.

On saluera, tout comme le public, l'excellente reprise de "Stahl Blitzt Kalt" du ABSURD deuxième époque (la meilleure) extraite de "Totenlieder" (2003), chantée en allemand comme il se doit (écoutable sur leur Myspace). Orthanc a en fait joué avec ABSURD lors d'un festival en Roumanie cet été, d'ailleurs avec leur mélange de Rac et de black Orthanc pourrait devenir les ABSURD français. L'avenir le dira puisqu'en plus de 10 ans, le groupe mené par le Marechal, avec une pause et pas mal de changements de line-up, n'a pas trop de compositions à son actif, malgré une prestation consistante avec notamment "nos paradis perdus", mais on ne saurait que l'encourager dans sa voie actuelle.


Video par Caedes (Falling Down):


Blessed In Sin

La tête d'affiche est sans conteste BLESSED IN SIN, qui existe depuis 1993, comme le rappellera à la fin le chanteur, ayant toujours tourné autour de la fratrie de Over Lord Nasty Metatheos au chant et de Black Christ à la guitare, et qui a fait coulé beaucoup d'encre. On en verra notamment des extraits issus de la presse métallique montrant une certaine mise à dos, puisque BLESSED IN SIN a aussi eu la bonne idée d'agrémenter sa prestation de films en fond ainsi que d'une étrange statue grecque sur la scène.

Là aussi ceux qui s'attendaient à trouver du NS seront déçus, BLESSED IN SIN, car à l'image de la pochette de Honor the anus of Mary (morceau non joué ce soir), c'est avant tout un univers fait de lubricité et de blasphèmes, et d'une fustigation du judeo-christiannisme dans cette optique,. Ainsi après des images de guerriers grecs, semble-t-il, on a eu droit à des scènes pornographiques antiques faites notamment de cunnilingus, ou encore à la scène théâtrale libertine du film "Eyes Wide Shut". Les images prennent plus tard un côté plus mystique ou ésotérique, un clip évoquant également une emprise franc-maçonnique. Sur la fin, il s'agira d'un hommage aux premières années troubles du black metal, un hommage notamment à Euronymous, dont Metatheos portait un t-shirt à son effigie, et à la polémique anti-Burzum qui a suivi.

Musicalement là aussi, il ne faut pas s'attendre à du black rentre-dedans ou raw, Blessed in Sin comme il l'a montré entre autres par ses deux albums Melancholia et Par le sang du Christ, c'est avant tout du black avec des influences heavy, thrash et un côté atmosphérique (d'ailleurs peut-être un peu trop simple); de la scène du Concilium, c'est le groupe le plus ancien et le plus metal si je puis dire. On peut en fait y ressentir une influence très nette du style de black metal pratiqué par Rotting Christ. Je pense qu'une partie du public non connaisseur, c'est un peu vidée sur la fin, du fait que Blessed in Sin ne fait pas dans le black violent ou malsain. La prestation en elle-même a d'ailleurs un côté plus festif ; là où Finis Gloria Dei ne fait pas dans la communication, Blessed in Sin en est bien plus friand, Metatheos communiquant énormément avec le public, peut-être trop, soulignant à de nombreuses reprises qu'on était le meilleur public, et c'est certain que le public de ce soir était un public black metal et pas le metalleux de base en sortie, mais peut-être qu'il en fait un peu trop avec des "allez Lyon, allez Lyon!" qui donnent un coté un peu festif, cela venant peut-être d'une certaine sociabilité du Sud, pour décupler l'ensemble du public après une soirée bien remplie, et une prestation très consistante d'une durée de 1h30, avec rappel offert d'un titre déjà joué en notre honneur.

Les membres du Concilium étant présents ce soir, j'ai cependant pensé que ça aurait pu être une occasion formidable de jouer quelques hymnes de SEIGNEUR VOLAND ou KRISTALLNACHT pour clôturer en beauté cette très bonne soirée.

www.myspace.com/trueblessedinsin

Video par Caedes (Falling Down):

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site