DISSECTION / WATAIN (25/11/2004 - Lyon)

DISSECTION / WATAIN

25/11/2004, Lyon (Ninkasi Kao)

Dissection live 2004

Ce concert s'annonçait comme un des événements black metal de l'année 2004, d'autant plus que Dissection ne faisait l'honneur de sa présence en France que pour deux dates. On peut donc souligner le dynamisme de l'association lyonnaise Hammer Of Gones, et ce n'est pas pour faire lèche-bottes car les faits parlent vraiment d'eux-mêmes.

Première partie

C'est Hysteria, un groupe lyonnais, qui ouvre la soirée. Hysteria, formé en 1996, pratique un style plutôt encré dans le death metal, le t-shirt Aborted de l'un des membres n'est donc pas trompeur. Une musique à la base death metal, avec des relents brutaux mais sans pour autant annihiler toute mélodie puisque des mélodies sont bien présentes; de même on notera la présence d'un chant lorgnant parfois vers le black. L'ensemble est plutôt bien exécuté. Ca a été en fait l'occasion pour le groupe de présenter son premier album actuellement en préparation qui succède ainsi au premier mini-cd 4 titres "Abyssal Plains Of Chaos". Un nouveau groupe prometteur donc, même si je ne suis vraiment pas fan de ce style...


WATAIN

Ce sont ensuite les Suédois de Watain qui prennent le relais. On entre cette fois dans l'univers du black metal. Un décor très typé satanique et sombre est installé: deux grandes croix renversées de chaque côté surmontées chacune d'une bougie allumée, ainsi que des chaînes, et un drapeau de fond comportant le logo de Watain, très proche de celui de Mayhem d'ailleurs. La partie scénique allouée pour le groupe est assez réduite, délimitée par la batterie de Dissection, déjà installée à l'arrière. Watain a déjà sorti deux cd: "Rabid death's curse" récemment réédité en cd chez Drakkar et "Casus Luciferi", en cette année 2004, chez les français de Drakkar Productions. Pourtant, je ne connaissais alors ce groupe que de nom (nous sommes en 2004) mais cette prestation m'a vraiment fait une très bonne impression et m'a ainsi donné l'occasion d'acquérir cet excellent album qu'est "Casus Luciferi" ale soir-même. Le style du groupe est un black assez primaire, sombre, puissant, avec parfois des passages plus lancinants pour un ensemble proche du Mayhem de la bonne époque (De Mysteriis dom Satanas) en plus morbide. D'ailleurs, le chanteur au timbre de voix assez sombre, n'est pas sans rappeler le visuel de Dead, dans ses postures ou dans son look très destroy, en l'occurence un t-shirt de Mayhem en lambeau. C'est en tout cas vraiment une bonne aubaine pour ce très bon groupe d'assurer la première de ce "Rebirth of Dissection tour". C'est incontestablement une très bonne prestation que nous a desservie Watain. Un détail qui m'a vraiment surpris, à la fin de la soirée, le groupe étant alors sans maquillage et signant des autographes, c'est que j'ai pu remarqué que le chanteur portait, entre autres, le premier logo de Tiamat imprimé sur son perfecto, pas surprenant lorsqu'on connaît les excellents débuts du cultissime Tiamat bien-sûr (et Treblinka), mais surprenant et appréciable que de nouveaux groupes s'y intéressent.


DISSECTION

Il est ensuite venu le moment (cela a paru rapide après cette excellente mise en appétit par Watain...) de céder la place à DISSECTION. Un décor à nouveau très typé est installé:  tout d'abord, une grande représentation en fond de la faucheuse ailée, représentation de la mort souvent utilisée par Dissection. De même, sont installées, de chaque côté de la batterie, et disposés en hauteur, des panneaux avec l'insigne de Dissection c'est-à-dire une croix renversée avec un "six" à trois extrémités, chacune surmontée d'un chandelier avec une bougie allumée.

Et vers 22h, la prestation qui va durer aux alentours de 1h30, incluant un rappel, débute sur l'intro de l'album "Storm of the light's bane", j'ai nommé "At the fathomless blood". Après cette très bonne intro, le line-up, incluant entre autres un membre du projet black industriel italien Aborym, au look et à la démarche assez martial, entre sur scène pour nous desservir un nouveau morceau plutôt puissant. D'autres morceaux nouveaux seront joués, environ trois, si je me rappelle bien, dont un morceau dans ce style unique de black death mélodique typique de Dissection avec des chœurs féminins au synthé. Peu de nouveaux morceaux au final donc, même si un nouvel album est annoncé, et même si John annonçait avoir préparé des idées de nombreux morceaux lors de son séjour en prison.

Cette tournée est avant tout celle de le "renaissance "de Dissection qui doit concrétiser le retour de Dissection, et peut-être aussi présenter Dissection pour certains, après ce long silence, présentation déjà faite par la sortie l'année dernière de "Live Legacy" un live enregistré au Wacken en 1997. Car en effet, Dissection était en pleine ascension après la sortie en 1995 de l'excellent "Storm of the light's bane" chez Nuclear Blast, succédant ainsi au déjà très bon premier cd "The somberlain" sorti en 1993 chez No Fashion, lorsque son leader John Nödtveidt a été incarcéré en 1997 suite à l'assassinat d'un homosexuel. Comme de nombreux musiciens de la scène black de cette époque qui ont été incarcérés, John jouit d'une certaine réputation et admiration auprès de fans de black. Ainsi on pouvait entendre quelques "Mort aux pd", à un moment traduit en "Kill the queers", qui ont d'ailleurs laissé John impassible, ayant on peut le supposer en effet déjà perdu quelques années de sa vie pour cela, mais surtout Dissection n'étant en première instance pas un manuel de combat contre les pd (d'ailleurs Faust de Emperor, emprisonné pour les mêmes raisons, devrait rejoindre le groupe à la batterie dès sa remise en liberté...), les textes étant un peu plus profond tout de même.

Concernant le fameux "Storm of the light's bane", cet album de référence de black/ death (attention le style dit black/death ne signifie pas à mi-chemin entre black et death, un peu comme Behemoth le fait avec réussite ou d'autres avec moins de bonheur, mais ce style de black très mélodique, puisant donc dans ce metal puissant et émotionnel qu'était par exemple le death mélodique suédois de Dark Tranquillity), l'ensemble de l'album a été joué, de l'excellent "Night's blood" (le premier titre de Dissection que j'ai entendu, dès la sortie du cd en 1995, sur un sampler du magazine anglais Terrorizer?!?) avec son excellent passage mélodique, ou encore "Where dead angels lie", "Unhallowed" ou encore le très mélodique "Thorns of crimson death" avec un John imperturbable malgré un problème avec un ampli. C'est d'ailleurs le mot que j'utiliserais pour résumer cette prestation: perfection; une exécution très propre, presque comme si on écoutait le cd, aucun ratage, des musiciens semblant exécutés tous les morceaux avec une grande aisance, vraiment très professionnels. Le titre d'outro au piano "No dreams breed in breathless sleep" a même été exécuté (bon en pré-enregistrement comme intermédiaire entre deux titres, donnant l'occasion à quelques voix de crier "mort aux pd"; mais là était-ce sur cette douce mélodie pour honorer John ou pour dire "c'est quoi cette mélodie de pd"?!?!?!?!?). La mélodie est pourtant un élément indissociable de la musique de Dissection. Il y a également d'autres titres qui ont été joués comme ce titre en hommage à la Countess Bathory, déjà joué lors de la tournée de "Storm...", ou encore des morceaux du très bon cd "The somberlain"(de 1993) comme "The somberlain" justement et quelques autres comme "Heaven's damnation" si je ne me trompe.

J'ai donc trouvé cette prestation vraiment de qualité, très professionnelle et ça été un véritable plaisir de pouvoir réécouter cette musique à la fois puissante, sombre, et très mélodique associée cette fois-ci à l'image. Une soirée excellente dans sa totalité, certains se sont plaints d'un service de sécurité parfois rude pour un concert de black...pour ma part ça restera un de mes meilleurs concerts de black.

Adnauseam (2004)

Dissection tour

 


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×