ENTOMBED (09/12/2008 - Grenoble)

ENTOMBED

09/12/2008, Grenoble (Adaep)

Par Adnauseam

 

La présence de Entombed dans ces pages pourrait surprendre. Mais Nausea se consacrant aux musiques sombres de manière transversale, il ne souhaite pas faire l’impasse sur la fraction sombre du death metal du début des années 90 (Nihilist, Unleashed, Dismember, Morgoth, etc.), sans qui la scène dark metal ne serait pas ce qu’elle est. Bon nombre de groupes de black metal ont d’ailleurs commencé sous le visage d’un death metal morbide (Rotting Christ, Legion of Doom, Darkthrone et même Cradle of Filth).  Entombed a ainsi sorti avec Left Hand Path et Clandestine, deux piliers, qui ont gardé encore aujourd’hui intacte leur aura.


Heureux hasard, qui a permis qu'en 15 jours, il aura été possible de voir les deux parties des légendaires Nihilist, Nihilist étant fondé par le line-up initial de Entombed et le leader de Unleashed, Johnny Hedlund, puisque Unleashed est également en tournée et était de passage à Genève ce 25 novembre. Si c'est le hasard cette fois-ci, on se rappelle allégrement de  la réunion des deux groupes en 2006 lors de l'imposante tournée Masters of Death avec Grave et Dismember à leur côtés ; réunion qui impliquait toutefois d'aller à leur rencontre un peu plus loin, la Suisse allemande s'imposant pour les Rhône-alpins que nous sommes. C'est une agréable surprise que de revoir Entombed à Grenoble même, ville sinistrée actuellement en metal, ce que les asso Night Clebard et Hadra semblent avoir compris en organisant cette date. Il est loin le temps où Grenoble a vu passé Marduk, Vader, Behemoth, Deströyer 666, Impaled Nazarene, Bloodthron, Rotting Christ, au début des années 2000, et plus loin encore Evol (1996). On notera ensuite Forgotten Tomb en 2006, véritable exception qui confirme la règle, parmi des concerts metal quasiment uniquement locaux désormais. Incroyable donc que ce retour du metal extrême de carrure international, avec un groupe devenu majeur dans la scène metal. Et pour une fois, le public a saisi cette chance (ça n'a pas toujours été le cas…), remplissant la petite salle de l'Adaep, peu habituée à offrir des concerts metal (qui toutefois a déjà témoigné d'un intérêt pour les musiques underground, pensons au passage de TAMTRUM), espérons que désormais le test est fait!

Première tournée française

C'est d'ailleurs une première que cette véritable tournée française de ENTOMBED avec cette fois 7 dates casées entre le 6 et le 13 décembre, pour une tournée en partie avec Cryptopsy présents sur deux des dates françaises. Les autres sont des premières parties françaises variables selon les villes: Recueil Morbide, Arkhon Infaustus ou Trepalium, comme quoi le style de Entombed touche un public large. Concernant Grenoble c'est Hellixxir qui se charge de la première partie, probablement le seul groupe dans ce style qui aura ouvert pour Entombed sur cette tournée française puisque le groupe pratique du Heavy/Thrash typé années 80. Bien connu à Grenoble, et habituée des concerts dans les petits salles et bars locaux, cette fois-ci Hellixxir a l'occasion de se présenter à un public plus large que le microcosme grenoblois, devant la pochette géante du Serpent Saints de Entombed avec ses démons en décor de fond.

 De Nihilist à Entombed

Après cette première partie, les musiciens de ENTOMBED installent ensuite eux-mêmes leur matériel pendant la pause, donc pas d'attitude star ; on pourra même croiser Lars Goran Petrov aux toilettes, et les membres du groupe resteront très accessibles après le concert, notamment Alex Hellid… Car du Entombed initial, il ne reste aujourd'hui que ces deux là, tous deux venant de Nihilist, le pre-Entombed, dont les réalisations ont été rééditées en 2005 par Threeman, leur label actuel, incluant la demo d'Entombed, et plusieurs titres de Nihilist se retrouvant dans le mythique Left Hand Path. Alex est d'ailleurs le seul membre à n'avoir jamais quitté Entombed, Lars ayant pour sa part disparu de Entombed à l'époque du deuxième album Clandestine, intégrant Comecon, un groupe sans postérité. Pour rappel, Lars a également été membre du groupe MORBID, en tant que batteur, groupe dans lequel on retrouvait DEAD, le suicidé de Mayhem…. Autant dire que Entombed a joué un rôle majeur dans la scène metal extrême, même s'il a beaucoup évolué depuis et que son line-up initial s'est désagrégé au fur et à mesure des albums, le dernier parti étant Uffe Cederlund avec son départ en 2006.

Kitsch ?

Pour ce troisième show auquel j'assistais de Entombed (le premier le 12 octobre 2003 à Genève, le deuxième le 10 novembre 2006 à Erstfeld en Suisse), on retrouve certaines habitudes, comme ce début de cérémonie marqué par le retentissement d'une cloche d'Eglise (sûrement à la base une référence autant à Metallica qu'à Ac/dc), mais également un son moins bon en live, parfois un peu bouilli qui fait peiner à reconnaître tout de suite les morceaux, toutefois cette fois-ci meilleur. Le côté kitsh ressort comme d'habitude avec ce soir un Lars affublé d'un t-shirt noir à manches longues rouges avec au devant un 666 et au dos un Belzebuth, qui décidément semble s'y complaire mais vu le personnage, on ne peut s'empêcher d'avoir une sympathie pour cette auto-dérision.

Serpents Saints

Malgré qu'il s'agisse toujours de la tournée Serpents Saints, comme le rappelle le décor, cet album sera finalement peu mis à l'honneur. Seuls trois morceaux ont été joués: le single "When in sodom", évidemment, "Serpents saints et "Masters of death", qui est un clin d'œil évident à cette fabuleuse tournée qu'il ne fallait rater sous aucun pretexte, ici sans les voix black évidemment de Killjoy de Necrophagia présentes sur l'album. Ce morceau est en fait une sorte de Tribute au metal extrême avec un texte plein de noms de groupes ou d'albums; plus original que ces groupes qui chantent directement à propos de leur style, démarche lancée par Manowar, qu'on retrouve dans tous les styles de metal avec Darthrone, Unleashed ("Death metal victory") ou Onslaught. Peu de titres donc de Serpents Saints et c'est aussi bien même si l'album est loin d'être mauvais, avec un côté plus lourd, les derniers albums Entombed sont d'ailleurs plus death malgré des influences digérées désormais plus larges, après une période vraiment plus rock avec Same difference en 1998 et une reprise du bon vieux logo. En fait, le contenu de ce soir, était bien différent de celui de leur live "Unreal estate" en 2005, bien proche plutôt du "Masters of death" tour.

Wolverine Blues privilégié

L'accent a été mis dès le premier titre sur Wolverine blues, le troisième album sorti en 1993, qui leur a donné un succès certain, et qui a établi la rupture avec leur ancienne imagerie morbide, initiant une touche de rock n'roll dans leur musique qui donnera un death plus léger et urbain, et moins austère, qui influencera bien des courants; surprenant à la sortie mais au final un très bon album. C'est donc avec avec "Eyemaster", premier titre de l'album que la prestation a débuté. On retrouvera également "Out of hand", "Heavens die", et au cours du rappel "Demon" et "Wolverine blues", soit la moitié de l'album au final! Etrangement "Hollowman" sera le grand absent, pourtant précédemment joué sur scène; est-ce que le refrain "Satan Jesus Hitler for my soul" tomberait aujourd'hui sous le politiquement correct et donnerait du coup lieu à des malentendus à éviter?
 

Hommage au Entombed première époque

Le reste de la playlist était composé des deux précédents albums, avec pour le mythique Left Hand Path  (réclamé également par des plus jeunes) sorti en 1990 avec outre le morceau éponyme, "Revel in flesh" et "Supposed to Rot", tous deux présents déjà sur les demos de Nihilist. Pour Clandestine sorti en 1991, donc la période sans Lars, les morceaux choisis ont été l'excellent "Crawl" et l'incontournable "Stranger Aeons" qui avait donné lieu à l'époque à un excellent clip, avec très étrangement la chanteuse de Army of Lovers, qui apparemment adorait alors Entombed à en croire les propos du groupe à l'époque… Le groupe a d'ailleurs enchaîné avec un autre morceau qui a donné lieu à un clip, "Night of the vampire", à la base une reprise d'un certain Rocky Erikson, mais ce morceau est tout bonnement excellent, plus mid-tempo. Le clip qui va avec est sorti en 1995, et le résultat est étonnement très bon avec cette auto-derision qui est probablement un clin d'œil ironique à la mode alors black metal scandinave, tout du moins à une imagerie donnée de soi sombre et sérieuse pleine de faux semblant au final… Une façon sûrement à l'époque pour le groupe de rompre avec son imagerie austère, de façon déconcertante alors, mais à redécouvrir ce clip avec son absurde bataille de boules de neige, et la façon dont il est tourné, on ne peut qu'apprécier… D'ailleurs la neige recouvrira Grenoble à la sortie, est-ce cela qui a inspiré le groupe à nous délivrer ce morceau ce soir?!? La reprise cèdera par contraste la place au morceau le plus magistral de Entombed, "Left hand path", premier morceau du premier album, qui depuis quelques années (je ne saurais dire si cette habitude a été maintenue tout au long de la carrière du groupe, en tout cas depuis 2003 elle est effective) sert de conclusion aux concerts avec notamment sa sublime outro, et pour cette troisième prestation, je trouve d'ailleurs qu'elle est bien mieux maîtrisée.

Rappel

Le groupe se retire à la fin avec un rappel dont on sent les prémisses, le concert semblerait un peu court sans cela, puisque du synthé (qu'on retrouve via quelques usages introductifs sur Serpents Saints) renvoie la mélodie qui petit à petit se transforme en l'intro de Serpent Saints et qui débouchera sur le rappel via le morceau "Chief Rebel Angel", la première de Morning Star, qui marque le début d'un long rappel, puisque outre les deux morceaux prévus de Wolverine blues, ils vont enchainé bien 3 ou 4 morceaux en plus, sans se faire prier du public, par une simple prolongation à la fin de chaque morceau par un geste de Lars d'un air de dire "Allez encore une!". Le groupe, dont il faut saluer l'énergie et l'efficacité des quatre membres, a probablement bien apprécié la réceptivité du public avec le chaos généré depuis le début par des pogos et des slams… Par contre je ne saurais dire quels sont ses fameux morceaux joués en plus, je ne les ai pas identifié, probablement issus d'autres albums comme Morning Star et les suivants, voir des reprises puisque Entombed en a 27 à son actif dans Sons of satan praise the Lord, car ces morceaux sonnaient moins lourds et plus rock n'roll.

Morale de l’histoire

Un très bon concert qui confirme que bien des groupes apparus au début des années 90, à mon avis la meilleure époque, qui ont connu le succès avec des albums de référence, puis qui ont évolué, sont revenus en un sens à leur source, puisque la plupart intègre désormais largement leur vieux morceaux dans leur playlist ainsi que  des sonorités du passé, et assurent ainsi leur statut de groupes cultes… Je citerai dans des styles très différents outre Entombed, Unleashed mais encore Paradise Lost, Tiamat, Anathema...


Extraits videos par Pudicitee ("Night of the vampire" + "Left Hand Path")

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site