MORTIFERA (17/10/2010 - Lyon)

MORTIFERA

17 octobre 2010, Lyon's Hall

Mortifera tour 2010

Si certaines dates sont annoncées longtemps à l'avance, celle-ci a été programmée en dernière minute. La newsletter de Drakkar m’en aura informé 4 jours avant…  Cette  date underground mais culte ne pouvait avoir sa place qu’au Lyon’s Hall, malheureusement ce temple de l’underground va être contraint de fermer ses portes prochainement, une pétition de soutien existe d’ailleurs. Pour rappel, outre le fait d’être une scène pour les groupes locaux de styles underground, le Lyon’s hall a vu défilé entre ses murs bien des références underground internationales, notamment  pour ceux auxquels j’ai assisté : Peste Noire, Nuit Noire, Arkona, Negura Bunget, Blessed in Sin, Finis gloria Dei, Horna, Celestia en black metal, Ataraxie / Funeralium en doom, mais aussi  Feindflug, Hocico, en electro-dark ou encore en dark folk: Sol Invictus, The Moon and the Nightspirit en première partie de Corvus Corax. Pour le black metal se rajoutent entre autres Shining et Forgotten Tomb que j’ai vu pour ma part en d’autres lieux. Mortifera est probablement donc la dernière date culte en ce lieu qui restera gravé dans les mémoires, malgré au premier abord un côté dépouillé, une petite scène, une petite salle minimale, avec laquelle pourtant un attachement est lié. Pour ma part, je préfère désormais de loin cette petite salle aux grandes salles metal lyonnaises…

Pourtant, peu de monde pour cette soirée black metal culte avec à peine 50 personnes. Le dimanche soir n’est pas le jour clé pour les sorties, mais vu le statut du groupe, on imagine que vu le nombre d’auditeurs revendiqués de black underground aujourd’hui que le concert pouvait rassembler  un public consistant, d’autant que mise à part une date la veille à Paris au festibal Black Metal is Rising en compagnie de Osculum Infame (un des premiers groupes de black français récemment réactivé), cette date est la seule date française, le groupe s’embarquant pour une tournée européenne qui s’achêve à Prague le 24 octobre en compagnie de rien moins que Nokturnal Mortum. Cette date a montré une fois encore que le public black metal était plus propice à se motiver pour des groupes de potes soit disant underground et pour les gros groupes références du moment de la tribu black metal.  Par ailleurs, Noktu semble faire l’objet de pas mal de critiques par une partie du public black metal underground, fondées sur rien du tout, du coup une partie semble le boycotter… Noktu étant élitiste, instigateurs de nombreux projets black metal underground réputés comme Celestia ou Gestapo 666, collaborant avec de nombreux musiciens étrangers réputés, à la tête également du label  Drakkar Productions, une référence dans le black metal underground depuis des années, n'a plus rien à prouver et  il n’hésite pas à donner son avis sur les opportunistes. On peut en déduire qu’assez logiquement bon nombre de nouveaux venus qui véhiculent des ragots ridicules sur Noktu tentent lamentablement de se valoriser devant les nouveaux représentants de la tribu étant quoi qu’il en soit discrédités par les anciens. Je ne me plaindrais pas pur ma part d’un public réduit, mais on sait qu’un public parsemé joue souvent sur la motivation d’un groupe sur scène…

UDYR

A quelques jours de la date, les premières parties n’étaient pas encore établies… Il n’y en aura qu’une, et ce n’est pas plus mal ; pourquoi vouloir à tout prix remplir la soirée avec l’inutile. Paradoxalement plus de monde serait venu si un seul guest aurait été annoncé, les impératifs de la vie sociale le lundi ayant rebutées certains venant de loin, alors que la soirée s’est au final clôturée à 22h30… c’est donc UDYR qui a assuré la première partie. A dire vrai, je me désintéresse de plus en plus des premières parties qui font office de remplissage avec des groupes sans personnalité bien souvent prétentieux lors de leur premier pas sur la scène, si modeste soit-elle.  Ce ne fût toutefois pas le cas de UDYR, qui ne s’est pas affiché en stéréotype black metal, pas de maquillage, et sans prétention. Ce jeune groupe lyonnais a été créé en 2007 et officiait auparavant sous le patronyme de  Nastrond Kall. Udyr a assuré une bonne prétention, humble et honorable, proposant des morceaux intéressants et de qualité sans pour autant innover, et ce fût un avis partagé par le public. On retrouve bon nombre d’influences disséminées dans leur style. Par exemple,  « Pa Verdens topp » rappelle un peu du Burzum. Les premiers morceaux semblait avoir une inspiration plus dépressives collant donc à la soirée, et d’autres sont plus énergiques. Le groupe semble utiliser du maquillage habituellement, et ce n’est pas un mal de les abandonner. Les différentes photos avec peintures en noir et blanc  qui remplissent les profils Myspace commence à me lasser avec cet air de dire « regarder moi aussi je sais me faire un maquillage black metal ». Peu de communication à part les titres et un merci hurlé, ce qui n’est pas pour me déplaire, les groupes locaux aimant trop souvent faire du blabla sur scène, mais par-contre, le groupe n’a même pas dévoilé le patronyme du groupe ?!? Pour approfondir le groupe: www.myspace.com/udyrofficial

MORTIFERA

Mortifera - Lyon 17.10.10

M’attendant à une deuxième première partie si l’on peut dire, c’est en fait Mortifera qui investit la scène, là encore sans effet d’annonce, reconnaissant alors Noktu à sa montée sur scène. Mortifera a marqué son retour en juin sous forme de projet solo avec un deuxième album intitulé Maledictii. Noktu avait alors annoncé rechercher des musiciens live… Lors de son passage avec Celestia en 2008 au Lyon’s Hall, Noktu avait recruté pour la soirée un guitariste d’un groupe local qui n’avait rien d’élitiste et qui s’était bien mis en avant pendant toute la prestation…  Pas de choix de mauvais goût ce soir, Noktu a pioché à nouveau parmi ses contacts à l’étranger recrutant des musiciens à la fois aux Pays-Bas et en Espagne.

Un groupe élitiste comme Mortifera avec un vétéran comme Noktu ne pouvait à l’évidence s’embarrasser de clichés.  Au risque de déplaire à certains, le groupe est ainsi apparu sans maquillage, sans fond de scène, sans artifice, de façon plutôt dépouillé et sobre, sans uniformité avec bottes, treillis, chemise rentrées. Le maquillage semblait de vigueur lors d’une date estivale en Allemagne. Pas vraiment de recherche esthéthique, contrairement aux sessions de Celestia. Mortifera se veut plus dépouillé. Lors du passage de Celestia en 2008, le groupe était maquillé et Noktu était même arrivé avec un voil de deuil sans pour autant plonger dans de l’exubérance. Le show est dépouillé, pas de grand spectacle à la Gorgoroth ou Watain. La musique de Mortifera définie comme du necro-dépressif black metal est lugubre, et assez logiquement il ne fallait pas s’attendre à du grandiloquent. Certes Noktu n’a pas énormément de charisme : il est probable qu’il n’aime pas se donner en spectacle dans des cirques inutiles, toutefois il respire l’authenticité, les mimiques de son visage expriment la douleur, et le vrai tourment peine à s’exhiber et sort avec déchirement, comme l’exprime cette façon de bouger peu mobile et des gestes de mains crispées. On ne notera aucune communication avec le public, celle-ci étant minimale au possible et  consistant à simplement annoncé quelques titres sans aucun autre commentaire. A la fin le groupe s’est immédiatement retiré sans annonce et sans remerciement. Je dois avouer apprécier fortement ce genre d’attitude digne d’une vraie attitude black metal qui se passe ainsi de festivité et sociabilité dispensables et de plus en plus présentes malheureusement dans les concerts black metal. Dans un autre registre, Gorgoroth aussi aime se retirer sans rappel, sans trop de communication, mais se plait dans les poignée de mains et fait un show exubérant (et de qualité toutefois).

Au niveau du contenu, assez logiquement l’accent a été mis sur le récent Maledictiih puisqu’il s’agit du Maledictiih tour. Malgré quelques bons morceaux, ce nouvel album est moins marquant que le précédent Vastiia Tenebrd Mortifera sorti en 2004 qui a acquis une grande notoriété  internationale,(le projet canadien Monarque reprend d'ailleurs "le Revenant" sur scène).  On notera entre autres morceaux joués ce soir "La valse mortuaire", l’excellent "Givre nocturne" ou encore "Agonie".  D’anciens morceaux ont heureusement été joués comme "Complainte d’une agonie celeste" ou l’excellent "A last breath before final extinction". Pas de présence des quelques morceaux chantés initialement par Neige, plus éthérés,  comme "Le revenant". Apparemment, ce morceau est joué par la nouvelel incarnation de Mortifera, notamment lors de leur performance au Under the Black Sun festival en Allemagne cet été et, si j'en crois les témoignages, la veille à Paris.  

On pourrait ainsi résumer cette performance comme minimale et froide au bon sens des termes. La prestation a été incontestablement de qualité et conforme aux compositions, ce qui n'était pas le cas lors de la performance de Celestia en 2008 avec une cruelle absence du synthé, partie intégrante de la musique de Celestia, non présente dans Mortifera. Comme pour Celestia, je trouve qu'il manque un petit quelque chose sur scène vu le statut de ces groupes. Je regrette toutefois que le show ait été un peu court, Mortifera ayant suffisamment de matériel avec 2 albums, un ep et 2 splits pour faire une prestation plus longue que 40mn… Le public peu nombreux plutôt discret et bougeant peu, comme le groupe, n’en a pas plus demander, peut-être n’a-t-il pas oser, l’ambiance étant froide là encore au bon sens du terme.

http://www.myspace.com/mortiferaofficial

 

Adnauseam

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site