NEITHER/NEITHER WORLD (13/11/2004, Genève)

NEITHER / NEITHER WORLD

13/11/2004

L'Usine, Genève

 

L'affiche de cette soirée était plutôt surprenante : les cultes NEITHER/NEITHER WORLD en première partie d'un groupe au style complètement différent, ACID MOTHERS TEMPLE, un groupe de psyche rock japonais. Les deux publics étaient forcément très différents et chacun n'a pas dû comprendre la présence de l'autre groupe.

Bien que peu réceptif au psyche rock, ACID MOTHERS TEMPLE est déjà plus intéressant avec ses guitares assez puissantes et parfois un côté stoner rock. C'est vraiment surprenant qu'au Japon il y ait des nostalgiques de cette époque occidentale, je trouve que ça ne colle pas trop avec leur culture. Les membres étaient assez bizarres. Le joueur de synthé portait de longs cheveux teints en blond. Un autre membre ressemblait à un sorcier (probablement le délire mystique hippie) avec une coupe presque à la Messiah Marcolin de Candlemass version japonaise.

Je ne m'attarderai pas là-dessus puisque cette affiche était apparemment plus due à la nécessité de caser deux groupes qu'autre chose. C'était paradoxalement la deuxième et dernière date ensemble puisque les 2 groupes ont déjà été regroupés à Bâle la veille. La divergence de style n'est pas en elle-même insurmontable. Le problème, c'est que NEITHER / NEITHER WORLD venant des USA, donc de loin également, pour se retrouver bizarrement avec ces japonais en Suisse (oui la Suisse est un pays neutre et pas de différents historiques donc entre USA et Japon !), a dû écourté son show en le réduisant à une demi-heure pour que les autres puissent déverser leur sonorités seventies pendant quasiment… 1 heure et demie. Le plus simple aurait été, à mon avis, de faire commencer le concert bien plus tôt (au lieu d'attendre 22h30 passés !) et de permettre alors à  NEITHER/NEITHER WORLD de jouer plus de morceaux. La plupart des gens présents étaient toutefois là pour le groupe japonais qui semble connu dans cette scène (et peut-être même culte, comme quoi le statut « culte » est relatif, surtout ce soir là !).

Passons aux choses sérieuses, à savoir la prestation de NEITHER / NEITHER WORLD, ce groupe vétéran de la scène dark folk indus qui a sorti 8 albums depuis 1992 (ainsi qu’un album de reprises). Cette tournée sert en fait de promotion à la sortie de leur nouvel album Rewound sur le label suisse indépendant Shayo. Cet album est présenté comme contenant 15 ballades entre la folk apocalyptique de Current 93 et la pop éthérée de Mazzy Star (que je ne connais pas...), incluant une version live d'un ancien titre ainsi que des reprises acoustiques de Jesus and Mary Chain, Bauhaus et Love and Rockets. Le projet de Wendy van Dusen a souvent été présenté comme la version américaine du groupe  Sorrow, tout comme il était annoncé ce soir-là comme la réponse américaine à Death In June (groupe non grata à l’Usine). En effet, Wendy nous a proposé pour cette demi-heure principalement des ballades dépouillées à la guitare sèche exécutée par elle-même avec sa voix désenchantée, accompagnée par un joueur d'harmonica très efficace et un deuxième guitariste acoustique. L'ensemble donne donc une musique sobre et très désenchantée. On notera, entre autres, le morceau Seven Kinds of Sin de l'album Maddening Montagery and Other Fantastic Stories sorti en 1995 chez Dark Vynil. On a également eu droit à un morceau industriel / rituel avec une Wendy van Dusen en transe dessus. NEITHER/NEITHER WORLD a en effet toujours oscillé entre ballades folk désenchantées et morceaux rituels industriels.

Niveau visuel, il y avait un côté un peu décousu entre les deux membres très sobres : une Wendy  (plus toute jeune) sur des talons très haut (elle est déjà grande) la faisant ressortir de la scène, ainsi qu'un look très fétichiste/SM (couettes, habillement sensuel très léger et très moulant). Cela peut paraître surprenant dans un cadre dark folk, mais la chanteuse de Sorrow est justement comme cela. Probablement une façon de témoigner du désenchantement de notre quotidien et du manque de sens de notre époque car la nostalgie d'une autre époque et d'autres valeurs apparaît bien dans la rune d'Othal tatouée sur le bras droit de Wendy.

La prestation de Neither/Neither World a donc été prestation fort appréciable et malheureusement écourtée pour céder la place à une seconde partie de soirée bien mal agencée alors que les occasions de voir le groupe par ici sont rares…

Adnauseam

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×