SOPHIA / ENDLESS ASYLUM / PETER BJÄRGÖ (09/10/2010 - Yverdon / Suisse)

SOPHIA / ENDLESS ASYLUM / PETER BJÄRGÖ

09/10/2010

Les citrons masqués

Yverdon (Suisse)

Sophia 09.10.2010

Prévue de longue date, ce passage en Suisse marquait le retour de Sophia juste avant la réédition de l’ensemble de sa discographie sur Cyclic Law. Après 4 albums et 3 ep réalisés entre 2000 et 2003, le projet Sophia a été mis en sommeil en 2004 sans raison particulière. Une première prestation de retour a déjà été donnée dans le cadre d’un festival cet été. Ce passage en Suisse était incontournable pour tout amateur de musiques sombres ; saluons donc l’association Sonorités Obscures d’avoir proposé une fois de plus une soirée de qualité (la dernière en date était Der Blaue Reiter en décembre 2009 à laquelle je n’ai pas pu être présent, précédée par Gae Bolg en mai 2009).

Préambule : des racines dark metal de la nouvelle scène industrielle

Ce concert est un bon prétexte pour apporter un éclaircissement. On entend souvent dans ce genre de soirée certaines railleries comme quoi les groupes issus de Cold Meat Industrie attireraient des metalleux… Des metalleux je n’en ai pas vu à vrai dire, mais je pense que cette étiquette du moment désigne surtout des personnes qui ne sont pas dans les clichés dark folk (la fameuse raie sur le côté), et qui portent notamment les cheveux longs (je devrais du coup peut-être me sentir concerné) ; n’étant pas totalement dans les code "true" industriel, ils se voient accolés une autre étiquette toute aussi absurde ?!? Il est notable toutefois que dans tous les concerts industriel / ambiant, on peut repérer deux ou trois personnes qui affichent une appartenance à la "tribu" black metal ou dark metal (par des t-shirt de groupes, etc.). Evidemment les gueguerres internes aux tribus avec les codes partagés ou non pour être intégrés sont monnaie courante. Mais c’est un fait qu’à la différence d’autres mouvances, la scène dark metal a toujours généré, depuis sa constitution au début des années 90, des passerelles vers d’autres mouvances sombres, la scène dark metal initiale étant avant tout une recherche sur les atmosphères sombres, et bien plutôt un dépassement de la sphère metal qu'une nouvelle déclinaison. C'est une situation qui s’est révélée incontestablement créative.

Bon nombre d’acteurs reconnus des scènes dark sont d’ailleurs issus de cette scène dark metal des années 90 : pensons à Dark Sanctuary (issu des groupes Bekhira, Chemin de Haine, Osculum Infame, Seth), Of The Wand and The Moon (Kim est issu du groupe doom Saturnus et de retour depuis peu avec un nouveau projet doom nommé Black Breath), Die Verbannten Kinder Evas (issu de Summoning). D'une manière générale, on se doute bien que la plupart des musiciens ont eu un passé musical avant, mais force est de constater que certains styles ont connu une évolution par cette rencontre. La récente scène industrielle martiale neo-classique/bombastic/symphonic/etc. est en partie née d’une rencontre entre la scène black/dark metal et la scène industrielle traditionnelle puisque ses piliers qui sont Karjalan Sissit (issu de The Black, récemment réactivé), Arditi (issu de Algaion, en projet de réactivation), Sophia (de Crypt of Kerberos), Puissance (issus des projets black Parnassus et Octinomos, les premières compositions de Puissance étaient incluses dans les albums de Parnassus), ou en moins reconnu Kreuzweg Ost (Summoning side projet), sont tous d’anciens activistes de la scène black metal, issus de groupes de qualité qui n’étaient pas pour autant très connus, mais qui ne s’enfermaient pas dans une quelconque scène, et qui ont cherché à créer des projets plus intenses, important avec eux la puissance et le solennel de leurs anciens projets. Evidemment quand on voit la pitoyable image du black metal et de ses représentants actuels, on peine à vouloir imaginer un quelconque lien...

Ainsi, la soirée de ce soir était en un sens animée par des ressortissants de la scène dark metal, qu’ils n’ont, il faut bien le dire, pas marqué, mais qui leur a sûrement servi de tremplin. Peter Bjargö a ainsi débuté dans Crypt of Kerberos, un groupe à l’époque issu de la mouvance death metal avec une démarche expérimentale, vite dépassée. Avec la création de Arcana, on peine à voir une quelconque transition. Il est pourtant retourné à ses premiers amours avec Tyrant, entre 2007 et 2009, projet old school mélange de Celtic Frost et Bathory avec lequel il s’est même embarqué pour une tournée aux côtés de Gorgoroth et Enthroned, qui a ntaomment fait une étape non loin de là, à La Chaux-de-Fond. Concernant Endless Asylum, les membres proviennent des groupes Lugburz et Ordo Funebris, typiques des groupes dark atmospherique gravitant autour de la scène black metal atmosphérique (imagerie, sonorités des synthés, labels).

Mais venons-en à l'essentiel !

PETER BJÄRGÖ : projet solo

C’était initialement PHRAGMENTS de Slovaquie qui devait assurer la première partie. Suite à leur annulation, c’est le projet solo de Peter Bjargo qui a été programmé, ce qui est un très bon choix car autant profiter du passage de Peter pour présenter ce projet qui semblait méconnu par beaucoup, moi le premier… Je n’avais en effet pas prêté attention à la sortie d’un album sous le nom de Peter Bjärgö dont la sortie remonte pourtant à 2009. L’album en question s’intitule A Wave Of Bitterness et est sorti sur Kalinkaland records, le label allemand qui a sorti l’album Raspail de Arcana en 2008.

Peter a également sorti en 2005 un album sous son propre nom, dont je n’avais pas eu écho non plus, mais qui est une collaboration avec Gustaf Hildebrand (cerveau de Lithium qui a sorti un cd chez Cold Meat en 2003) sous le titre Out Of The Darkling Light, Into The Bright Shadow via Erebus Odora, le propre label de Peter. A noter que ce label (même si Peter explique qu’en fait ce n’est pas un label mais un studio) a également sorti l’excellent album solo de Pesonen de Karjalan Sissit, deux ep de Sophia et un ep de Victoria (projet de Peter avec Ordo Equilibrio). Cet album est dans un registre plus dark ambient electronic, sans voix, et très éloigné de Arcana. Ce n’est pas ces compositions qui était au programme de ce soir mais bien l’album A Wave of Bitterness.

Peter était déjà passé en Suisse avec Arcana en 2006, le revoici donc de retour seul mais… sous forme d’un groupe de 4 personnes réunissant la femme de Peter également impliquée dans les chœurs de Arcana, ainsi que du duo Der Blaue Reiter, avec ainsi du violon sur certains morceaux, ceux-ci font désormais parti également du line-up live de Arcana, Peter ayant fait le choix de développer les instruments acoustiques sur scène.

Surprenant au premier abord que Peter, le cerveau d’Arcana, intilamement projet solo, devenu duo, étendu aujourd’hui à 5 membres voire 7 en live, soit contraint de créer un projet solo pour mettre des idées qui n’iraient pas dans Arcana. Je n’avais pas écouté ce projet avant et force est de reconnaître que c’est à nouveau de très bonnes compositions avec ces sonorités mélancoliques dont Peter a le secret. Toutefois à l’évidence cet album aurait pu être du Arcana, avec des compositions plus dépouillées, avec un accent plus marqué sur les voix masculines (forcément), qui rappellent toutefois clairement des morceaux comme "Innocent Child". On se dit que cet album aurait pu sortir sous le nom de Arcana, car il y ressemble bien plus que l’album  Le serpent rouge qui ne ressemble pas à du Arcana. On notera cependant à ce sujet une petite touche ethnique parfois dans les percussions. En fond, sont projetées des vidéos chargées de sensibilité, montrant une femme au ralenti, de prêt et dans la nature.


( Video par NebelSO )


ENDLESS ASYLUM

Endless Asylum est un des nombreux projets dans lesquels sont impliqués Lady Nott et Sathorys Elenorth, membres de Der Blaue Reiter, qui jouit actuellement d’une certaine notoriété dans la scène industrielle. Contrairement à ce que ce patronyme pourrait suggérer, ils ne sont pas allemands mais bien espagnols, de Barcelone pour être précis. Le groupe en est d’ailleurs venu directement en camionnette, en comité réduit à trois, mais ils connaissent désormais la route puisqu'ils étaient sur cette mêmes cène avec Der Blaue Reiter en décembre 2009. Les deux musiciens sont impliqués dans de nombreux projets : avant Narsillion mené en parallèle, ils officiaient déjà tous deux dans Ordo Funebris aux côtés de Lady Morte qui est partie créer de son côté Trobar de Morte, alors que Satoris a créé Lugburz. Endless Asylum se veut à la base le projet solo de Satorys mais il sera accompagné sur scène par Lady Nott. Endless Asylum, tout comme Der Blaue Reiter, a un folklore différent de leurs autres groupes à tendance folk / heavenly, Sathorys a d’ailleurs depuis abandonné ses cheveux longs : si le dernier album de Der Blaue Reiter Nuclear Sun, Chronicle Of A Nuclear Disaster porte sur Chernobyl,  avec Endless Asylum, c'est une autre autre facette de la modernité qui est explorée à travers les maladies mentales. Le premier album de Endless Asylum est fraichement sorti en juin et c’était là sa première présentation sur scène. On retiendra l’excellent "The Lobotomist" avec ses percussions métalliques sur des barils métalliques. L’album a été très bien reproduit sur scène, avec ses samples évocateurs ; pensons à l’intro de "The Journey of Mary Bartel" ou à l’intro années 60 de "The lobotomist" ou encore le sample de la lettre à Elise. Le style de Endless Asylum propose à la fois des morceaux dark ambient à la Raison d’Etre ou Atrium Carceri et d’autres plus dark folk teintés d’éléments electroniques, ce qui permet d’avoir un style non monotone. Des images en rapport avec le concept développé ont été diffusées tout au long de cette performance efficace, nous plongeant pleinement dans cet univers.

http://www.myspace.com/endlessasylumspace


( Video par Sathorys )


SOPHIA

Les concerts s’enchainent vite ce soir-là, sans de longues plages musicales entre les groupes, mais ce n’est pas plus mal car on se retrouve ainsi rapidement en compagnie de SOPHIA. C'est sous forme de trio que la prestatino sera menée : Peter, accompagné d'un deuxième homme, probablement le second membre d’origine, et à nouveau de Mme Bjargo arborant fièrement un t-shirt Sophia, en charge cette fois des percussions et qui prendra également le micro sur un nouveau morceau. Comme pour beaucoup de concert d’industriel martial, la prestation va reposer sur les percussions, très métalliques et très claquantes appuyées par de grands gestes insistants. En revanche, ce soir la prestation ne fera pas dans le  solennel appuyé : beaucoup de bières et au final une ambiance plutôt conviviale sur une musique pourtant incontestablement oppressante. Cette ambiance décontractée est quelque chose de récurrent aux Citrons Maqués, cela s’expliquant peut-être par le fait que les groupes jouent devant un public de spécialistes, connaisseurs et conquis d’avance, mise à part pour les nouveaux venus dans la scène qui font l’effort d’une prestation visuelle imposante. Rappelons-nous à ce sujet de la prestation magistrale des hongrois de Sturmast, là où Von Thronsthal s’était contenté juste après d’un show très rock n’roll (et décevant)…

La prestation commence par "Severed" un morceau ambient issu de Deconstruction of the World, accompagné par les respirations contenues et amplifées par le deuxième homme derrière un masque à gaz. Des morceaux comme "Condenscension" deviennent de vrais morceaux en live avec des bruits de machines, des pleurs, etc. Peter activera d’ailleurs une roue, un peu comme le fait Karjallan Sissit pendant ses live.

Au niveau du contenu, j’attendais évidemment (comme beaucoup je pense) les morceaux des deux premiers albums de Sophia, qui sont une référence dans le genre martial-industriel, attente non comblée puisque seul le morceau "Herbstwerk" a été joué en clôture. Sophia repart donc de là où il nous a laissé en 2004, puisque ce sont les deux derniers albums qui ont été privilégiés, Deconstruction of the World (2003), avec les morceaux "Severed", "Machine", "Condenscension" et Spite (2002) avec "Pride", "Dirt" et "Stained", ajoutant à cela les deux morceaux du ep Death Dumb and Blind sorti en 2001 avec une pochette emprunt de dérision (véritable état d'esprit de Sophia ?)…

SOPHIA a délivré comme on pouvait s'y attendre une musique imposante et apocalyptique sur lesquelles les percussions étaient particulièrement claquantes ce soir là. Là où le projet solo de Peter a mis l'accent en première partie sur la beauté et la poésie, Sophia met l’accent sur la difformité et le chaos, comme les évoquaient les images diffusées pendant la prestation, fidèle au concept développé par SOPHIA. On reprochera simplement ce comportement relaché des membres (pas très martial tout ça...), dans une ambiance conviviale entre amis qui contrarie incontestablement l'atmosphère et la fait perdre en intensité.

Sophia redonnera une prestation lors de la fameuse WGT à Leipzig en juin 2011, pour un show spécial aux côtés de Karjalan Sissit, avec encore plus de bières et projections d’images souvenirs de beuveries, sur une musique imposante pour une prestation visuelle qui l’est moins, dommage !

Playlist Sophia

 Severed (Deconstruction of the World)
Machine (Deconstruction of the World)
Death Dumb and Blind (Death, Dumb and Blind ep)
Spare Me
Condencension  (Deconstruction of the World)
Pride (Spite)
Dirt (Spite)
Stained (Spite)
Watch It Drown (Death, Dumb and Blind ep)
Herbstwerk (Herbstwerk)


( Video par NebelSO )

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site