DEINONYCHUS (Dark black doom dépressif, Pays-Bas)

Deinonychus - InsomniaDEINONYCHUS

"Insomnia"

My Kingdom Music, 2004

Dark black doom dépressif, Pays-Bas

 

"Vivre est une maladie dont le sommeil nous soulage toutes les seize heures. C'est un palliatif. La mort est le remède" a écrit le moraliste Chamfort. On imagine alors quel est l'enfer de l'insomniaque qui ne peut bénéficier de ce palliatif… et ce n'est pas pour rien que cet album de Deinonychous s'intitule "Insomnia", soulignant le malheur de l'absence de palliatif, ou plutôt le palliatif contre la recherche de la mort étant ici cette création musicale tourmentée.

Deinonychous, formé en l'autumne 1992, poursuit dans la veine engagée dès The silence of december en 1993: une musique très tourmentée notamment dans la voix, une musique élaborée par la rencontre du black metal et du doom, même si l'influence black initiale est de plus en plus discrète, depuis notamment "Ark of thought" en 1997, la voix  étant maintenant même parfois d'un autre genre, cette fois-ci plus grave, même si on retrouve les voix hurlées, pleurées ou se lamentant. De même, le visuel est désormais très éloigné du black, beaucoup plus sobre et dépouillé, moins folklorique et beaucoup plus porté sur le malheur du quotidien (loin de l'imagerie romantique de The weeping of a thousand years sorti en 1996 chez Cacophonous). Et si les titres sont longs (5 titres pour 45 mn), la musique n'est pas pour autant répétitive ou monotone, les morceaux évoluent à l'intérieur, allant de passages doom lents et lourds à des passages rapides et torturés. Si Deinonychus reste avant tout le projet d'une seule personne, Marco Kehkren a invité d'autres insomniaques à participer à cette exorcisme du négatif : Giuseeppe Orlando des excellents italiens de NOVEMBRE aux percussions (également producteur de l'album), Alessio Fagrelli de MORGANA'S KISS aux synthés (sur l'album Deinonychus en 2000, c'était Arkdae des français de Dark Sanctuary...) mais surtout un compagnon insomniaque de longue date en la personne de Steve Wolz de BETHLEHEM, puisque Marco Kehren a lui-même été membre de la formation dark metal allemande lors de l'album S.U.I.Z.I.D. en 1998. D'ailleurs, ce mélange black et doom, rapproche évidemment ces deux formations, style repris par de nouvelles formations comme FORGOTTEN TOMB (qui est plus black que Deinonychus). Comme à l'accoutumée l'atmosphère est réellement tourmentée (rien que les titres, comme: "Nous avons découvert une question et maintenant nous devons déterrer la réponse") et ce n'est donc pas pour rien que le groupe est défini comme pratiquant de "l'Apocalyptic Suicidal Music"; ça ne peut pas être plus clair...

 

Adnauseam

 

http://www.myspace.com/deinonychusss

http://www.deinonychus.net/

A lire : chronique MOURNING DAWN (Black/doom dépressif, France)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×