ELYSIAN BLAZE (Suicidal black / doom, Australie)

ELYSIAN BLAZE

(Black metal dépressif, Australie)

Elysian Blaze 

Chroniques :

"Cold Walls and Apparitions" (2005)

"Levitating the Carnal"(2006)

"Universal Absence" (2008)

 


 

Elysian blaze - Cold walls and apparitionsELYSIAN BLAZE

"Cold walls and apparitions"

Suicidal black / doom

Australie

Northern silence productions, 2005

 

 

Avec l'émergence d'un courant dit "true black", se pose la question de ce qu'est le black metal puisqu'il y aurait alors du vrai et du faux black. Souvent, on désigne par "true" ce qui est conforme aux premiers groupes de black metal que ce soit au niveau de l'imagerie, des textes et la musique. D'une façon générale, ce qui caractérise en général la scène black metal d'aujourd'hui, c'est qu'elle a perdu son essence et même s'il y a de bonnes productions qui sortent, il faut reconnaître que la flamme noire n'est plus là, qu'elle est moins ardente qu'au début, et que l'effet produit par ses albums n'est plus le même que ce qu'il était il y a 10 ans quelque soit les clônes; il ne s'agit plus de copier la forme mais de retrouver l'essence.

 

 A l'écoute de Elysian Blaze, ce que je me dis c'est que finalement on pourrait appeler cela du true black alors que dans la forme ça n'en est pas du tout. On retrouve dans Elysian Blaze l'essence même de ce que devrait être le black metal, à savoir une musique qui émane une noirceur très prenante. Par essence, le black metal se doit d'exprimer le mal être, le malsain, et la forme première du black metal n'était qu'une forme qui l'exprimait, et si la forme a perduré, le fond s'en est perdu. Ce fond de mal-être, de noirceur maladive, ce "Cold walls and apparitions" en déborde de toute part, et on est pourtant ici bien loin des clichés du black metal. Elyzian Blaze a même troqué le traditionnel pentagramme du logo contre un pendu, s'inscrivant plutôt dans cette nouvelle mouvance de black metal suicidaire. L'imagerie satanique utilisée par les premiers groupes n'était qu'une forme pour traduire le sentiment d'être damné, d'être déchu de toute grâce dans cette existence et à l'écoute de cet album, c'est bien ce que l'on ressent. Elysian Blaze ne vient d'ailleurs pas de Scandinavie mais d'Australie où les formations de black metal sont plus rares, c'est cependant aussi la contrée de Abyssic Hate et de son "Suicidal emotions" et la proximité spirituelle entre les deux groupes est évidente. 

C'est évidemment une lecture doom du black metal que je propose, d'ailleurs l'ombre du doom plane bien sur cette nouvelle vague de black metal suicidaire que FORGOTTEN TOMB semble incarner à merveille, l'ombre notamment du KATATONIA de la première époque, dont Northern Silence Productions a repris le logo. Cette pochette lugubre avec cette pièce vide et dévastée, cet intérieure détruit, qui rappelle les pochettes de Katatonia en plus extrême en dit long sur son contenu. Et si je parle d'une influence doom évidente dans ce black metal lancinant, le fond en reste fondamentalement black metal avec une voix black terrifiante comme en atteste les convulsions malsaines et maudites de "Funeral possession". Oui, la possession n'est pas l'œuvre de Satan mais celle du mal-être et de la haine d'une existence qui ne tient pas ses promesses illusoires. Le black metal lancinant, cède parfois la place à un black tourmenté qui se déchaîne avec une froideur à la LEVIATHAN (de Suède), qui sait se muer parfois en ambiant rappelant un peu la démarche de SPEKTR en bien plus tourmentée.

Les amateurs de black metal réellement sombre et torturé devraient être emportés par le tourment de cet album, pensons aux adeptes de FORGOTTEN TOMB, ABYSSIC HATE, XASTHUR, SHINING, BURZUM, old KATATONIA, ou encore ANCIENT WISDOM. Elysian Blaze est un jeune projet crée en 2003, et après seulement deux demos "Prophecies of misery" en 2003 et "Beneath silent faces" en 2004, Mutatiis, l'âme qui hante ce projet, propose là un premier album réellement sombre, terriblement froid, vraiment tourmenté, totalement désespéré… de la vraie musique sombre!

Adnauseam

 

 


 

Elysian Blaze - Levitating the carnalELYSIAN BLAZE

"Levitating the carnal"

Suicidal black / doom

Australie

Asphyxiate recordings, 2006

 

 

Après un premier album impressionnant sorti chez NOrthern Silence dont j'avais venté la noirceur authentique, ELYSIAN BLAZE est de retour avec un second album sur Asphyxiate Recordings, un label australien cette fois-ci, qui s'accompagne aussi d'un changement de logo avec entre autres la disparition du pendu et l'apparition de quelques discrètes références occultes dans le livret, qui au lieu de nous présenter les textes nous expose des images très sombres et austères d'intérieurs de cathédrales en parfaite adéquation avec cette musique funéraire.

 

L'atmosphère est toujours aussi noire et suicidaire, on y plonge directement par une introduction très sombre, avec un piano très grave avec de l'écho sur un son ambient. Il y a pas mal de sonorités de piano ça et là qui accompagnent ces morceaux de funeral black /doompouvant rappeler ANCIENT WISDOM, mais l'atmosphère est ici plus étouffante. L'ambiance est réellement étouffante et inhibante du début à la fin, d'ailleurs le son sur cet album est plus étouffé, chaque détails y concours, que ce soit des passages ambiantes très sombres et oppressants (plus présents sur cet album), ou cette voix black toujours aussi maudite, sur des parties d'un black metal aux guitares torturées et frénétiques, lancinant, parfois à la limite du doom, avec du synthé hantant, ou des parties plus vides, avec un son diffus et de l'acoustique, qui se succèdent au cours de ces longs morceaux (7 titres pour 68mn).

 

ELYSIAN BLAZE évoque XASTHUR dans sa démarche sans lui ressembler puisque là aussi on a un groupe à la forte identité dont on peut également deviner les influences (qui sont tout ce qu'il y a de plus noir et dépressif dans le black et qui flirte avec le doom) mais qui échappe aux comparaisons; on est evidemment dans le même territoire que XASTHUR car ce sont deux groupes très différents mais qui ont en commun de repousser les limites de la noirceur dans le black metal et de dégager une charge émotionnelle très forte, ELYSIAN BLAZE ayant un penchant plus funéraire et une atmosphère plus inhibante.

 

Adnauseam

 

 


 

 

universal-absence.jpgLYRINX / ELYSIAN BLAZE / D.O.R.
"Universal absence"
Black metal dépressif
Split 2008
Insidious Poisoning Records

 

Universal Void est un split qui a la figure d’un manifeste exprimant qu’aux trois coins du monde, du moins aux trois coins de l’Occident de notre belle époque moderne, on ne peut contempler que le vide, que ce soit en Australie d’où vient l’obscure projet Elysian Blaze, au Portugal avec Death Overcomes Reality qui se présente sous le sigle D.O.R, ou encore Lyrinx du Royaume-Uni. On peut faire un parallèle avec le projet Nox Inferi et son album Adverses spheres basé en Australie autour de Wraith (ex Nazgul) mais réunissant un line-up à la fois portugais et américain…

Je m’étais enthousiasmé d’une telle réalisation dont pour moi le centre était incontestablement ELYSIAN BLAZE, qui se trouve d’ailleurs situé au sein du split entre les deux groupes. Le split est découpé en trois moments avec un titre pour chaque partie. La partie de Elysian Blaze représente le moment de l’impact entre le moment de la lucidité proposé par Lyrinx et le moment nihiliste suivant l’impact avec DOR. Le moment le plus intense est donc sans surprise celui de ELYSIAN BLAZE.

ELYZIAN BLAZE

La part apportée par Elyzian Blaze est la plus courte avec un unique long morceau de 12mn intitulé "Black hole euphoria". Je peux toutefois vous garantir que cette partie qui porte le nom évocateur de "Black holes and astral collisions" est la partie la plus intense. Les deux albums sortis par ce projet solo australien créé par Mutatiis en 2003 m’avaient fortement impressionné et m’avaient laissé plein d’espoirs sur la scène black metal dépressive émergente. Mais époque contemporaine oblige, si de bonnes choses éclosent, elles se fanent plus vite que jamais sous le soleil de l’opportunisme et du consumérisme… Donc si la scène dite black metal dépressive devient le repaire de groupes ici pour se divertir et s'exhiber, il faut plus que jamais se recentrer sur de la musique profonde et authentique. Et c’est le cas de ELYSIAN BLAZE, avec du black metal très lent, à l’atmosphère étouffante, qui n’éveille pas l’ennui mais bien le sens du tragique et une affliction métaphysique au-delà des gémissements du quotidien de pauvres post-ado qui peuplent désormais cette scène. La musique est très lente, mais jamais ennuyeuse, très étouffante, froide et ambiante avec un moment particulièrement étouffant et confus à 9mn suivi par une furie contenue l’instant d’après, comme en a le secret Elysian Blaze. Pas de répétition inutile donc, la lenteur n’est pas là pour masquer un manque d’inspiration. L’ambiance est totalement absorbante, voilà du vrai black metal dépressif…

LYRINX

La musique de Elysian Blaze est si intense, que je dois avouer avoir été un peu irrité au premier abord que Elysian Blaze s’associe à Lyrinx pour ce projet, qui en plus inaugure le split. Lyrinx semble décidément arriver à bien s’entourer, puisqu’un split est sorti à peine un mois avant cette sortie (juillet 2008) avec rien moins que Austere, d’Australie également. Je n’ai jamais compris l’enthousiasme aque semble suciter ce groupe du Royaume-Uni si ce n’est que d’être le seul groupe du genre dans cette zone. La réédition de Nihilistic Purity, qui ne m’a pas vraiment convaincu, l'a bien montré: édité d’abord sur le label australien Goatowarex en 2007 puis d'abord réédité en LP en 2008 par Insidious Poisoning à l’origine de ce split, puis en CD par le label français Those Opposed Records qui devait sortir le prcohain album du groupe qui sortira finalement sur Avantgarde Music. Il est assez abrrant qu’une telle formation se retrouve sur Avantgarde Music, mais pour vivre, un label se doit aussi de proposer ce que le public du moment attend pour se maintenir dans la durée, d'ailleurs les dernières signatures ne sont pas à la hauteur de ce que le label a pu proposer par le passé. A en croire la fin des relations avec Those Opossed Recods, le côté opportuniste du groupe semble avoir été percé. Pour ma part, depuis le début, Lyrinx ne me parait pas énormément crédible. Lyrinx va bien avec cette vague d’auditeurs ou de groupes locaux qu’on trouve dans la scène soit disant "underground" black metal qui regroupe de plus en plus de post-ado ou de gens narcissiques et exhibitionnistes qui pour intégrer la tribu black metal s’inventent des tourments surévalués et théâtralisés maladroitement… Lyrinx est un peu pour moi le ressortissant de la scène metal extrême qui flotte sur la vague à la mode, en l’occurrence le "trip dépressif". Le plus ridicule semble être l’adresse MSN affichée comme un appel sur le Myspace du groupe mais avec comme pseudo anti-communication. Voilà pour le côté post-ado : contradiction totale, exhibition et narcissisme. Toutefois, la partie de LYRINX intitulée "The moment of clarity and beauty in the sky" se révèle bien meilleure que les précédentes réalisations qui manquaient d'intensité et donnaient l'impression que le groupe voulait se greffer sur le style black metal dépressif avec des éléments bancals qui clochaient et non alors par volonté d'être décalé... Les trois morceaux proposés, pour un total dépassant les 30mn, sont globalement bien plus inspirés avec de bons passages.

DEATH OVERCOMES REALITY

Death Overcomes Reality est pour sa part un projet bien peu connu qui n’a sorti depuis sa création en 2005 que des demos. Depuis le duo le composant semble avoir intégré un vrai groupe du nom de Murmurio, dans le même style d’ailleurs. La partie de DOR représente donc le dernier moment de ce split conceptuel et s’intitule "After the Moment of Impact , All is Gone", et l’impact a été fort avec Elysian Blaze. Moins intense, plus banal, DOR incarne bien ces productions de black metal dépressif qui sortent actuellement et se rapprochent donc plus d’un Lyrinx que d’un Elysian Blaze. Les 4 morceaux proposés, pour une partie excédant là encore les 30mn, sont toutefois bons là encore. La voix black est saturée et à distance, comme évidemment Burzum l’a instauré. L’ensemble propose du black metal lancinant sans versé dans le doom, à part le premier morceau plus soutenu. Le dernier morceau "Funeral of the Sun" clôt à merveille ce split conceptuel et évoque les parties acoustiques mélancoliques du Katatonia première époque.

 

Ce split réalisé par le label français Insidious Poisoning Records, spécialisé dans des productions underground raw et lugubres chacune à leur façon (Nekrokaos, Nomman Erytz, Dapnom, Sektarism) sort ainsi du lot de productions "ug" inutiles que nous déversent chaque jour des labels improbables. Il s'agit d'une très bonne réalisation de black metal dépressif tant conceptuellement et musicalement avec un pic au moment de l’impact tragique et angoissant de Elysian Blaze.

Adnauseam (2010)

 

http://www.myspace.com/lyrinx

http://www.myspace.com/deathovercomesreality

http://www.myspace.com/officialelysianblaze

 

 

 


 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site