REMEMBRANCE (Funeral doom atmosphérique, France)

Remembrance - Trail visionsREMEMBRANCE

"Frail visions"

Funeral doom atmosphérique

France

Total Rust, 2005

 

Avec le renouveau de la scène doom ces dernières années, on voit enfin apparaître des formations de doom en France: Monolithe, Despond, Ataraxie, et Remembrance qui propose là un premier album de qualité. Remembrance a été formé en 2004 par deux membres du groupe LETHIAN DREAMS (qui se prépare également à sortir un album) avec la volonté d'officier dans un doom plus extrême puisque LETHIAN DREAMS œuvre dans un gothic doom mélancolique, là ou Remembrance s'oriente vers le doom/death, avec le chant de Matthieu qui est ici typiquement doom/death, donc guttural, lent et déclamatoire, coupé par quelques voies plaintives et par les discrètes voies éthérées féminines de Carlin judicieusement ajoutées.

 

Par doom/death, il faut comprendre qu'il s'agit de la nouvelle scène, que constitue le funeral doom, mais dans sa branche atmosphérique, celle inaugurée par les excellents SHAPE OF DESPAIR. Il s'agit donc d'un doom très mélancolique avec voix doom death, où l'aspect atmosphérique et mélodique prime sur la pesanteur, car les synthés de Carline sont très présents et dominants, et les sonorités de synthés (notamment des sonorités d'orgue excellentes) tout comme pour SHAPE OF DESPAIR sont dans le registre des groupes de dark atmospheric, ce qui est très évident sur le morceau de dark atmospheric "An ending chapter". Remembrance est d'ailleurs plus atmosphérique que Shape of Despair. On n'a pas ici un doom basé sur la lenteur, la lourdeur, la répétition, la progression, mais clairement basé sur le côté atmosphérique et mélodique, car si les morceaux sont évidemment longs, les variations mélodiques et rhymiques sont légion, comme les grands groupes comme My Dying Bride savent le faire. La mélodie du début de "Thy decay" me rappelle le début du morceau doom de Hypocrisy "Apocalypse", bien-sûr le reste du morceau est fort différent et c'est d'ailleurs ce morceau qui couronne l'album. L'atmosphère générale de l'album est évidemment très mélancolique, et c'est en toute beauté que "Frail visions" exprime le désespoir.

 

Le jeune label Total Rust spécialisé dans le doom semble là encore avoir fait preuve de discernement en signant cette jeune formation française à la suite de leur mini cd autoproduit.

 

Adnauseam (2005)

 

Remembrance - Silencing the momentsREMEMBRANCE
"Silencing the Moments"
Funeral doom atmosphérique
France
Firebox, 2008

 

J’avais salué en 2005 la sortie du premier album de Remembrance qui n’avait bénéficié que d’une diffusion limitée à 1000 copies sur le très bon label doom israélien Total Rust. Ce deuxième album marque leur arrivée sur le label doom de référence, à savoir Firedoom, avec par conséquent une large diffusion. Outre cette large distribution dont bénéficie Remembrance, c’est bien la seule formation française à œuvrer dans le registre du funeral doom atmosphérique. Encore que ces étiquettes finissent par semer le trouble, mais le terme doom désigne aujourd’hui un ensemble de mouvances assez large. Le terme « funeral » est de plus en plus utilisé pour désigner les descendants de la vague de doom/death atmosphérique, en en ayant gommé les quelques aspects frénétiques hérités du death metal duquel il est né par rejet. De fait, le doom est la musique du désespoir donc le terme funéraire est en creux. Toutefois, initialement il tendait à désigner un courant extrême du doom basé sur l’extrême lenteur, la répétition, la profondeur qu’il nous fait atteindre. Shape of Despair a ouvert une nouvelle voie dans ce courant avec son côté très atmosphérique, une formation à l’influence incontestable sur Remembrance dont le style est toutefois clairement mélodique tout en étant lourd et écrasant.

J’avais pointé la qualité de l’aspect atmosphérique de Remembrance lors de la sortie du premier album, avec une qualité des synthés qui la distingue de ces nombreux groupes de metal qui utilisent un synthé pour accompagner, et ce signe distinctif a été confirmé puisque Carlin a donné naissance peu après le premier album de Remembrance à Aythis, un projet de dark atmosphéric, engendrant un premier album en 2007 et un second en 2009. Tout comme sur le premier album, on retrouve d’ailleurs ici, un morceau purement de dark atmospheric avec "These hallways are eternal" qui trouve sa place très logiquement ici.

Avec Silencing the moments, Remembrance poursuit ainsi le style inauguré avec le premier album, sans surprise, et ce n’est pas à ce stade ce qu’on leur demande, mais en affinant leur style avec justesse. Et malgré que le doom/death a déjà engendré bien des monuments depuis sa naissance au début des années 90’s, et malgré qu’un essor de formations se revendiquant du funeral a émergé depuis plusieurs années, ce style reste incontestablement préservé de la médiocrité qui ronge bon nombre d’autres courants « dark », avec le black metal en tête… l’esprit doom restant incontestablement loin du paraître, du trop plein et d’une attitude cool, conservant u contraire une attitude grave. Le principal écueil du doom repose dans le fait que ce style étant volontairement lourd et pesant, qu’il puisse au lieu d’exprimer la lassitude, lasser lui-même, ce qui ne concerne pas Remembrance, clairement inspiré par la mélancolie avec des morceaux bien construits (loin de la simple répétition), avec des mélodies accrocheuses poussant à l’introspection…

Au moment où j’écris ces lignes, un troisième album a vu le jour, nous dépeignant à nouveau les ténèbres qui remplissent nos journées… On notera que Remembrance n'est pas tombé dans le piège du rythme de sortie d'un album par an pour entretenir les "fans" comme bon nombre de formations qui perdent leur âme, leur inspiration et leur intérêt en rentrant dans le circuit du business et de la routine musicale... même si avec le troisième album va se poser la question du renouvellement et de la routine.

Adnauseam (2010)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site