SUMMONING (Black metal atmosphérique, Autriche)

Summoning - Lost talesSUMMONING

"Lost Tales"

Dark atmospheric

Autriche

Napalm records, 2003

 

 

Summoning n'est rien moins que ma formation culte, et déjà depuis 1995, à la sortie du chef d'œuvre intemporel qu'est "Minas Morgul" qui m'avait profondément marqué, tout comme le reste de leur discographie, et même si je peux faire une hiérarchie entre les albums, aucune autre formation n'arrive à leur cheville.

 

Ces contes perdus que nous proposent de découvrir Summoning sont en fait deux titres complètement inédits pour un total de seulement 17mn. En même temps, comme toujours rien à jeter dans Summoning. Ce mini-cd propose un contenu un peu différent des autres productions de Summoning puisqu'il s'agit ici d'un ensemble uniquement dark atmospheric epic donc d'un enregistrement sans section metal et même sans voix. Donc ici: deux longues plages d'une musique à la fois atmosphérique et sombre, et riche comme Summoning a toujours eu le don de le faire, un peu dans la lignée des synthés de Dol Guldur avec des percussions un peu tribal (au bon sens du terme bien-sûr), parfois avec quelques sons presque électroniques au bon sens du terme aussi (l'investissement de Protector dans Ice Ages ne doit pas y être pour rien…) et surtout des samples qui accompagnent ces morceaux comme s'ils n'étaient que l'illustration d'un film.

 

Ce style dans la lignée de Dol Guldur, qui à première écoute m'avait frappé, n'est pas un hasard, puisqu'en fait ces enregistrements datent de cette époque (et ont d'ailleurs été conservé dans leur mix d'origine). Le premier titre "Arcenstone" devait initialement être un morceau à l'époque pour le projet dark wave de Silenius "Mirkwood" (eh oui du même nom que leur excellent enregistrement), et quant au second, "Sarouman", et bien c''est un titre demo inédit de l'époque Dol guldur.

 

Pour ma part, ce style n'est pas surprenant, car même si Summoning nous avait habitué à conserver une section metal minimale (guitare et voix black) dans sa musique, les morceaux ou les passages sans éléments metal étaient récurrents, et surtout la partie non metallique a été pleinement développée dans les nombreux side-projets des deux artistes.

 

Il est inutile de rappeler que Summoning, depuis ses débuts, explore le monde de Tolkien et cela, bien avant que ce soit la mode; mode d'une part dans le metal et d'autre part mode d'une manière générale avec le succès commercial de l'excellente trilogie de Tolkien portée à l'écran. Summoning a, à mon avis, toujours su explorer cet univers (rien qu' à voir les titres…) mieux que ne le font les autres formations métalliques ou venant d'autres horizons, qui soient nous donnent une version "cool" du monde de Tolkien, puérile, ou encore ne permettant pas du tout de s'immerger dedans. Bref, Summoning a toujours su extraire la substantifique moelle de cet univers et y puiser l'inspiration pour une musique à la fois belle, sombre, mélancolique et grandiose inégalée à ce jour.

 

Summoning prouve ici s'il était encore besoin de le faire que le black metal n'est pour Summoning qu'un prétexte, et que Summoning a seulement pris ce qui l'intéresse dans le black metal et que, par ailleurs, même si Summoning est souvent étiqueté comme un groupe de black metal,il faudrait plus parler alors de "post-black metal" car l'étiquette "black metal" est vraiment réductrice tout comme celle de "metal". Les influences qui traversent la musique ne viennent en effet que pour une part seulement du black metal atmosphérique, le reste venant d'autres scènes dark, les deux célèbres protagonistes étant d'ailleurs impliqués depuis de nombreuses années dans d'autres formations sombres de référence hors du territoire du metal qui sont excellentes et largement supérieures à tout ce qui se fait.

 

Ce mini-cd confirme donc que Summoning même s'il ne nous livre pas ici ses deux meilleurs morceaux (quand on est déjà au sommet, on ne peut aller plus haut…) mais qui propose cependant par ces "contes oubliés", comme à leur accoutumée, des morceaux excellents, est loin au devant de tout ce qui existe et porte donc toutes les scènes "dark" vers le haut.


Adnauseam



Summoning - Oath boundSUMMONING

"Oath bound"
Black metal atmosphérique épique

Autriche
Napalm records, 2006

 


Inutile de présenter Summoning en faisant de pâles comparaisons, voilà véritablement un groupe à l'identité bien affirmée et qui se distingue véritablement de la scène black metal, à laquelle il reste rattaché probablement pour les voix et les guitares torturées. Cela fait bon nombre d'années que Summoning, depuis précisément le second album "Minas Morgul" (chef d'œuvre intemporel) en 1995, époque où j'ai découvert Summoning et où le groupe s'est séparé de son batteur continuant en duo, a développé un style bien au-delà du black metal avec des percussions tribales médiévales, des claviers omniprésents et dominants d'une qualité inégalée, parfaits et atmosphériques qui jouent un rôle de premier plan, des guitares mélodiques et tourmentées, des mélodies médiévales et mélancoliques, et le chant black, l'élément black metal puisque l'ensemble n'est pas à proprement du black metal au sens qu'on l'entend couramment puisque le groupe est à cheval entre le black metal et le dark atmosphéric, les atmosphères au clavier n'ayant plus de secret pour Silenius et Protecteur après avoir exploré tant de styles avec leurs side-projets ou participations (en vrac: Pazuzu, old Sanguis et Cinis, Ice Ages, Die Verbannten Kinder Evas, Kreuzweg Ost, etc.).

 

La scène agonisant depuis plusieurs années, la sortie d'un album de SUMMONING a toujours été un événement et même si SUMMONING est toujours loin devant le reste de la scène pour la première fois de mon côté, ce sixième album n'aura pas été autant un événement que par le passé, qui en faisait à chaque fois immédiatement un album que j'écoutais en boucle et qu'à chaque écoute j'appréciais plus. Cet album est pourtant très bon et loin devant toutes les formations, mais à un tel niveau de hauteur, il pèche cependant par plusieurs aspects: il est un peu monotone sur la longueur, dans le prolongement du précédent, et est répétitif sur l'album et sur la carrière. Depuis le précédent album "Let mortal heroes sing your frame" en 2001, je trouve leur musique moins mélancolique que le sublime "Strongold" qui est l'album le plus mélancolique de leur discographie, avec un accent mis désormais plus sur le côté épique qui fait parfois finalement trop illustration de film; ce que ce veut Summoning évidemment puisque depuis le début, la formation traite de l'univers de Tolkien de la meilleure façon qui soit en en traitant l'aspect sombre très intelligemment, précurseur de la mode actuelle si pathétique et si différente de l'angle d'illustration textuel et musical de Summoning, mais je me demande si Summoning ne voudrait pas plus coller à l'illustration (certes excellente) cinématographique de Peter Jackson. Selon Summoning, cet album est différent dans la façon de composer avec une nuance dans le son des guitares, peut-être plus claires en effet, et plus mises en avant, ce que je ne trouve pas. Pour ma part, je trouve cet album, comme pour le précédent, plus dans la lignée du certes très bon "Dol Guldur" mais bien éloigné de "Stronghold". Je l'en trouve proche de par les mélodies, et les sons de synthé (plus sons de cors) et l'accent sur le coté épique. "Berediand" est cependant vraiment très bon avec ses guitares très torturées, quand à "Land of the dead", le titre promotionnel de l'album, c'est le meilleur je trouve, avec ses sonorités nostalgiques, notamment par la flûte.

 

Dans l'ensemble, "Oath bound", malgré quelques variantes, ne crée pas une surprise, il peaufine le style du groupe, mais les morceaux se ressemblent et ressemblent à des morceaux du groupe. Toutefois, ces aspects négatifs pointés par le vieil adepte que je suis n'enlèveront pas que cet album de plus de 69 minutes est excellent: de la musique émotionnelle de qualité, parfaite en tout point, avec toujours ces mélodies médiévales, et ces sonorités oniriques, par cette richesse des synthés prédominants et ces percussions là aussi d'une richesse incroyable. Summoning reste au sommet mais ne va pas plus haut!

 

Adnauseam

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site