TERHEN (Doom death atmosphérique - Finlande)

Terhen - Eyes unfolded TERHEN
"Eyes Unfolded"
Doom death atmopshérique
Finlande
Firebox, 2007

 

Un mouvement s’essouffle vite… La composante doom/death du doom avait pris un nouvel élan quelques années auparavant avec une série de sorties intéressantes notamment sur Firedoom, division de Firebox, comme Forest of Shadwos mélangeant funeral doom et musique plus intimiste, Torture Wheel et sa rencontre très marquée avec l’ambiant ou encore en regardant hors de Firebox, Until Death Overtakes Me et surtout les finlandais de Shape of Despair. Les sorties en doom se sont beaucoup enchainées, notamment sur Firedoom spécialisé dans la nouvelle génération du doom/death, avec toujours incontestablement de bons albums mais marquant moins les esprits comme le confirme ce premier album de Terhen, sorti à la même période que Insomnius Dei et Ablaze in Hatred.

Il y a en définitive deux sortes de groupes : ceux qui se contentent d’appliquer une recette et qui ont un projet préconçu quand au style à jouer, qu’il s’efforce alors d’appliquer le mieux possible, ou ceux qui ont une quête à travers leur musique, et qui ouvre alors des chemins en traçant le leur. C’est à la première catégorie qu’appartient Terhen…

Pour tout dire, je n’ai jamais été fan de la "scène finlandaise", car je trouve qu’elle manque cruellement d’unité et d’identité. Il y a d’excellents groupes issus de Finlande, mais il y en a aussi des tonnes d’autres qui partent dans tous les sens. Il y a incontestablement beaucoup de groupe de doom dans ce pays qui a enfanté par le passé des références dans le genre comme Thergothon, Unholy, Shape of Despair. On peut observer que les musiciens de beaucoup de groupes finnois sont impliqués dans d’autres groupes au style et trip bien différent, ce qui montre que ce sont avant tout des metalleux musiciens touche-à-tout avant que d’être des artistes en quête de quelque chose, et cela me gène un peu : trop de groupes inutiles, trop de musiciens mercenaires au service de n’importe quoi tant qu’ils ont un groupe… Terhen n’échappe pas à cette tendance: certains des musiciens se retrouvent dans un groupe de thrash, d’autres dans un groupe de death mélodique, chacun de seconde zone… De plus Terhen, avant d’arriver à sa forme finale, a opté pour deux autres patronymes. Le groupe a d’abord porté le patronyme de Thamuz à sa création en 2004 (avec une corde de pendu intégrée au M du logo…) ; le groupe évoque alors des problèmes pour "choisir" le style de musique… Une demo est sortie en 2005, dont on retrouve d’ailleurs 3 titres sur les 5 proposés dans Eyes Unfolded. Puis le groupe aurait opté temporairement pour le patronyme un peu pompeux de "Abandoned at Dawn" en 2006 pour finalement se décider pour Terhen qui signifie « brouillard » en finnois, classique mais incontestablement adapté au doom… Autant d’éléments qui tendent à montrer que c’est le genre de groupe qui ne sait pas trop ce qu’il veut…

Malgré ces différentes critiques, je n’ai rien à redire sur la qualité de ce premier et visiblement unique album. Eyes unfolded propose du bon doom/death qui prend acte des évolutions funéraires du style sans y basculer ; on tend même aujourd’hui à coller cette étiquette sur tous les groupes de doom/death alors que le funeral est un style de doom extrême, très lourd, très lent, volontairement monotone et étouffant, ce que ne pratique pas Terhen. Il s’agit d’un doom/death typique des années 2000, la formule bien qu’efficace n’est pas nouvelle avec quelques voix féminine, une voix d’inspiration death, mais sans partie death (on n’est plus dans les 90’s), une atmosphère générale bien mélancolique, beaucoup d’ambiances au synthé, qui tout comme dans le funeral doom, est très mis en avant et conduit les mélodies, car il n’y a pas de longues mélodies mélancoliques de guitares qui sont ici plutôt tranchantes et marquent le rythme, mais la musique n’est pas excessivement lourde et lente ni hypnotique. En définitive, il n’y aucune prise de risque artistique et je ne saurais mieux décrire car il n’y pas grand-chose à en dire au final si ce n’est qu’il s’agit d’un bon doom/death avec donc quelques intonations funéraires et des influences My Dying Bride des années 2000. On retiendra le morceau "Last moments", très bien avec son orgue et le chant féminin

En somme, vous ne serez pas déçus par cet album de doom/death par sa qualité mais qui n’apporte absolument rien au style représentatif du doom/death des années 2000, et qui risque d’être rapidement oublié. Pour l’anecdote, je possédais ce cd depuis sa sortie, j’ai fait quelques écoutes  à chaque fois appréciables sur le moment mais non mémorables et l’ai régulièrement oublié jusqu’à cette année 2010, surtout vu le nombre de sorties actuelles en doom. L’amateur de doom/death qui cherche simplement un bon album histoire de renouveler un peu ses albums de doom/death ne sera pas déçu, de même que celui qui connaît peu le doom/death mais qui voudrait un bon album représentatif tout en étant efficace et chargé…

Adnauseam

http://www.myspace.com/terhen

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site